L’idée vient d’Islande et est déjà testée à Schaerbeek. Bientôt à Mons ?

La trois dimensions pourrait s’inviter dans l’espace urbain montois d’ici les prochains mois. À Mons, les verts veulent tester à l’avenue Maistriau, au carrefour Warocqué et à proximité de certaines écoles, des passages pour piétons très spéciaux. Peindre un passage clouté en trompe l’œil pour créer un effet d’optique, telle est la proposition qui est faite au collège communal PS/CDH. "Je suis toujours partant pour tester des outils qui sécuriseraient les utilisateurs de modes doux", précise d’emblée l’échevin de la Mobilité, Pascal Lafosse.

Depuis une semaine, le projet pilote du côté de Schaerbeek est testé au croisement de l’avenue Louis Bertrand et Voltaire. Ce qui a aussi donné des idées à Charlotte De Jaer, cheffe de file des Ecolos. "À Mons, il y a des APS qui sécurisent les abords des écoles mais la Ville nous dit qu’ils ne sont pas assez nombreux pour couvrir tout le territoire, explique-t-elle. Cette idée de passage pour piétons en 3D a émergé en Islande. Ce dispositif permet de visualiser plus facilement le passage. Les automobilistes sont surpris et ralentissent."

Vu les multiples accidents survenus entre automobilistes et piétons, Ecolo déposera cette proposition d’aménagement en novembre. Et son financement ? "Cette mesure ne coûte pas très cher… Un peu de peinture, quelques compétences artistiques et nous pourrions voir la vitesse aux abords des passages pour piétons considérablement ralentie. Je suis convaincue que c’est quelque chose que l’on peut essayer."

Le passage piéton en 3D a pour vocation d’être un outil de prévention et de sensibilisation à l’attention des automobilistes pressés. De là à écrire qu’il s’agirait d’une nouvelle forme de ralentisseur, il n’y a qu’un pas. "Maintenant, je suis consciente que ça ne réglera pas à lui seul les problèmes de vitesse que nous rencontrons aux abords de nos quartiers et de nos écoles."

Ce n’est pas la première fois que les verts grognent sur la question. Le passage pour piétons du carrefour Warocqué à Mons fait toujours l’objet de discorde. Mais sur cette nouvelle initiative, l’échevin Lafosse s’est déjà montré très intéressé et a assuré qu’il allait se pencher sur la question.