C'est devenu un accessoire indispensable et il a, malheureusement, encore de beaux jours devant lui. Le gel hydroalcoolique coule à flots. A l'entrée des magasins, dans les restaurants, aux pompes à essence… Quotidiennement en effet, nous sommes amenés à toucher des objets susceptibles de jouer les transmetteurs de virus. Mais il n'est pas toujours évident d'avoir du gel sous la main.

S-Promotion, société montoise spécialisée dans la fabrication de produits pour la grande distribution, a donc eu la bonne idée de sortir du gel en petites pochettes. "Transporter une grande bouteille de gel dans un petit sac à main, ce n'est pas pratique. Idem pour les poches d'un costume. Le flaconnage est par ailleurs de moins en moins disponible et de plus en plus en cher. En regardant une dosette d'huile piquante, on s'est dit qu'on pouvait mettre du gel dedans", confie Maude Staquet de S-Promotion.

Les pochettes personnalisables sont disponibles depuis une semaine. S-Promotion avance une capacité de 35.000 pochettes par jour. Et l'idée séduit. "Nous avons pas mal de demandes de commerçants qui voient dans ces dosettes l'équivalent d'une carte de visite. C'est le même format, le même prix et au moins, c'est utile", poursuit Maude Staquet de S-Promotion. "Des grandes chaînes de magasins portent également un intérêt. Certaines pour offrir, d'autres pour vendre."

Lorsque la crise du coronavirus est venue frapper à nos portes, S-Promotion a pu rapidement s'adapter. "Nous travaillons en Europe, nous ne jouons pas avec la Chine ou d'autres pays asiatiques. Nous n'avons donc pas eu de soucis dans les chaines d'approvisionnement. Si bien que nous avons pu rapidement proposer des quantités importantes de masques. A présent, nous sommes même arrivés à des masques réutilisables qui ont un taux de filtration de 98,2%. C'est l'équivalent des masques FFP2. Ils ont été testés par les armées américaine et française, ainsi que des laboratoires en Belgique."

Difficile de prédire combien de temps il faudra encore composer avec ce coronavirus. Mais on le voit, nos entreprises ne manquent pas d'imagination pour faciliter cette déroutante cohabitation.