Flora et Mathilde ont visiblement une bonne étoile qui veille sur elles. Ce samedi, un peu avant midi, les deux Montoises ont été victimes d’un accident alors qu’elles circulaient sur la E19 en direction de Nivelles. Le pneu de leur Fiat 500 a éclaté lorsqu'elles se trouvaient sur la deuxième bande de circulation. Le véhicule est parti en tête-à-queue, traversant les bandes de circulation avant de percuter une borne.

"Nous avons même senti que le véhicule se soulevait, nous avons cru que nous allions partir en tonneaux. Mais nous avons tapé dans une borne et nous sommes finalement retombées", explique Flora Dequenne. "Nous étions immobilisées sur la troisième bande de circulation, en contre-sens, avec l’arrière du véhicule qui dépassait sur la deuxième bande. Nous sommes immédiatement sorties du véhicule pour nous mettre en sécurité."

Impossible cependant pour les deux amies de retraverser d’emblée les trois bandes. "Plusieurs personnes se sont arrêtées sur la bande d’arrêt d’urgence pour s’assurer que nous allions bien. Mais elles ne pouvaient pas faire grand-chose pour nous, nous étions à l’opposé d’elles. C’est alors qu’un monsieur est arrivé de nulle part. Il a placé un cône de chantier devant le véhicule afin d’avertir les autres usagers de l’accident."

Flora et Mathilde en sont aujourd’hui persuadées : sans cette intervention, l’accident aurait pu se terminer de façon dramatique. "C’est un miracle que nous n’ayons percuté aucun véhicule lors de notre tête-à-queue et c’est tout aussi miraculeux que notre accident n’ait pas provoqué une collision en chaine. Je ne sais pas d’où venait ce monsieur mais il a permis d’éviter le pire. Il a agi comme un héros et je voudrais pouvoir le remercier." D'autant plus que l'homme n'a pas hésité à retraverser les voies de circulation pour aller récupérer les documents d'identité des deux victimes.

Flora a décidé de lancer un appel à témoins afin de pouvoir l’identifier. "Je me souviens qu’il avait un haut bleu et des cheveux grisonnants. Il m’a demandé s’il fallait appeler les secours mais j’étais déjà en ligne avec eux. Je ne l’ai pas vu partir, je n’ai pas eu le temps de le remercier comme il se doit. Je ne pense pas qu’il roulait en camionnette, je ne sais pas non plus d’où il a sorti ce cône de chantier. Je ne saurais probablement pas quoi lui dire mais ça me tient à cœur de le retrouver."

Selon la police, intervenue très rapidement sur les lieux de l’accident, les deux Montoises sont des miraculées. "Nous avons traversé les bandes de circulation à plusieurs reprises sans heurter personne alors qu’il y avait tout de même du monde sur la route… J’ai demandé si des caméras avaient capté la scène. Je voudrais comprendre comment tout cela s’est passé, voir combien de temps tout cela a duré…"

Les deux amis s’en sortent extrêmement bien, avec quelques ecchymoses et une grosse frayeur.