Âgé de 64 ans, Bernard (prénom d’emprunt), est détenu à Lantin depuis le 1er août 2020. Les faits qui lui sont reprochés sont graves, on parle ici de viols avec violence et d’attentats à la pudeur sur une enfant née en 2013, la fille de sa nièce. Les faits ont été commis des aveux du prévenu alors qu’il en avait la garde, 2 à 3 fois par jour et une semaine sur deux entre le 30 avril 2020 et le 13 juillet de la même année. Peu bavard, il déclarait à l’audience du 1er avril : “Je ne sais pas comment j’en suis arrivé là. Je me rends bien compte des conséquences.”

La mère de l’enfant, la nièce du prévenu, déclarait : “Ma fille a 7 ans aujourd’hui, elle voit un psychologue toutes les deux semaines depuis les faits.” Quand l’enfant a verbalisé les faits et en a parlé à son père, Bernard lui a demandé de se taire. Les experts psychiatres qui se sont penchés sur son cas relèvent une consommation problématique d’alcool mais aucun trouble mental aliénant. Le prévenu déclare toutefois entendre des voix et présente une personnalité psychotique dotée d’une composante perverse. Il avait déjà été condamné à 5 ans avec sursis pour inceste par le passé et soupçonné d’autres faits d’abus en 2016 pour lesquels il n’a pas été condamné, faute de charges suffisantes.

L’avocat de la partie civile expliquait pour sa part : “Le prévenu est l’oncle de la maman de la fillette. Après la séparation des parents, il est resté proche du papa qui lui faisait une confiance parfaite et le laissait s’occuper de la petite.

Ce jeudi, le prévenu a été condamné à une peine de 10 ans de prison.