Namur

Il s'était masturbé via sa webcam devant des jeunes filles déficients mentales.

Un habitant de la région namuroise, Michel J, comparaissait le 23 mai devant le tribunal correctionnel de Namur. Il était accusé d'attentat à la pudeur avec violence ou menace sur deux jeunes filles déficientes mentales âgées de 13 et 17 ans, le 21 mars 2016. Le tribunal a prononcé ce jeudi une peine de prison de 2 ans avec sursis probatoirepour ce qui excède la détention préventive déjà effectuée Au civil, un dommage de 200€ à titre définitif a été accordé à la grand-mère de l'une des victimes et un dommage de 250€ à titre provisoire l'a été au tuteur ad hoc de celle-ci.

Après leur avoir demandé de se dénuder, il leur aurait montré son sexe et se serait masturbé devant sa webcam. "Il les aurait aussi menacées, en disant qu'il connaissait leur adresse et viendrait les chercher", ajoutait le représentant du ministère public."Parmi les messages envoyés, on trouvait des "bébé je t'aime" ou des "J'ai envie", notamment Les victimes sont traumatisées." Les deux victimes ont parlé des faits au directeur de leur internat, qui a déposé plainte. Michaël J. détenait du matériel pédopornographique mettant en scène de très jeunes filles ou des fillettes et aurait également tenté de commettre un autre attentat à la pudeur par écran interposé le 30 août 2015.

Le prévenu a affirmé regretter ces faits et indiquait qu'il était dans une mauvaise passe à cette période de sa vie. "Ma femme venait de me quitter, j'ai appris qu'elle me trompait depuis des années et que l'un de nos enfants n'était pas de moi."