Fraire: une famille arménienne expulsée sans sommation après dix ans passés en Belgique

Après dix ans en Belgique, une famille arménienne s’est fait escorter par la police vers un centre Fedasil.

H.I.
Fraire: une famille arménienne expulsée sans sommation après dix ans passés en Belgique

Après dix ans en Belgique, une famille arménienne s’est fait escorter par la police vers un centre Fedasil.

C’est l’émoi à Fraire. La famille Sahakyan (Sambat, Armhenunhi et leurs enfants Gor et Anna) connue et appréciée de tous, a été réveillée aux aurores par la police ce jeudi matin. En séjour irrégulier depuis près d’une décennie, la famille a été embarquée par la police direction le centre Fedasil de Tubize. "Quand ils sont arrivés dans la commune de Walcourt, ils ne parlaient pas le français mais aujourd’hui, ils maîtrisent parfaitement la langue ", explique une amie de longue date, Fernande Matagne. "Ce sont des personnes disponibles et agréables, qui comptent beaucoup d’amis."

En Belgique , les Arméniens ne sont pas prioritaires quant à l’obtention d’un permis de séjour. La famille Sahakyan a donc déjà reçu deux ordres d’expulsion. À la suite d’un recours de leur part et d’une demande de régularisation de la part de leur avocat, les choses n’avaient pas été plus loin. Sans aucune nouvelle depuis maintenant trois ans, ça a été le coup de massue, ce jeudi matin, quand la police de Walcourt a embarqué la famille. "Ils ont fait preuve de beaucoup de respect pour les prendre en charge, mais ils n’avaient pas le choix ", ajoute Fernande.

Pour la Bourgmestre de Walcourt, Christine Poulin, c’est une aberration qui n’a pas lieu d’exister. "Je suis anéantie ! Je n’étais au courant de rien. La police a reçu un ordre venant de plus haut, de l’office des étrangers, et ils l’ont appliqué, tout simplement, mais dans ce cas, nous avons à faire à des parents et des enfants. Ce n’est pas une façon de faire, d’autant plus quand on sait qu’ils sont Walcouriens depuis 2009. "

Madame Poulin a tenté de prendre contact avec les autorités mais en vain. Elles n’ont pas daigné lui répondre. "C’est une pratique qui ne me convient pas. Cette famille est tout à fait bien intégrée dans notre commune et ne fait rien de mal. Elle ne dérange personne ! Ce n’est pas ma politique, je ne peux accepter qu’on traite les gens de cette façon", s’exclame encore la Bourgmestre.

Un groupe Facebook de soutien à la famille a été créé (ici) et rassemble déjà plusieurs centaines de personnes.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be