Circulation : c'est une réalité, les Namurois sont lents !

Magali Veronesi

Ils ne démarrent pas assez vite lorsque le feu passe au vert et ralentissent le trafic.

La rentrée scolaire est forcément synonyme d’embarras de circulation. Outre les multiples chantiers dans le ville, il s’avère que les embarras de circulation sont aussi liés au comportement des Namurois au volant. Ce que les spécialistes en mobilité leur reprochent ?

Ils sont trop lents à démarrer au feu. Certes, les piétons se sentent davantage en sécurité à Namur, où les automobilistes sont plus fair-play. Mais lorsque les conducteurs attendent que le feu passe au vert, ils feraient bien de montrer une conduite plus nerveuse !

"En ville, pas mal de feux sont équipés de détecteurs afin de fluidifier le trafic. Sur le pont de Jambes pour se diriger vers La Plante, par exemple. Lorsque le feu passe au vert, la première voiture dans la file a 3 secondes pour démarrer. Or, à Namur, ça prend souvent 5 ou 6 secondes. Du coup, le feu interprète qu’il n’y a pas de trafic et redevient rouge en ne laissant qu’une ou deux voitures passer alors que la file est énorme ", observe Erwin Marchal, de la direction des routes au SPW. " C’est quelque chose qu’on voit beaucoup moins dans d’autres villes. "

Selon lui, si les Namurois étaient plus réactifs, la circulation serait bien plus fluide sur certains axes, aux heures de pointe notamment.

Cette lenteur s’observe aussi à l’approche d’un feu passé au rouge. " À Namur, on ralentit et on laisse une trop grande distance, parfois 30 mètres entre la voiture devant et la sienne, sans se rendre compte qu’il y a une file de voitures derrière et que, si on laissait moins d’espace, le carrefour situé derrière ne serait pas bloqué" , pointe-t-il encore du doigt.

Autre point d’amélioration : la tirette. Le conducteur namurois ne semble pas au courant de la signification de ce panneau. Prenons comme exemple celui posé sur le boulevard Ad Aquam en bord de Meuse, entre le casino et le Grognon. Il impose aux voitures d’avancer sur les deux bandes et puis de passer en alternance sur le rond-point, mais la plupart se rabattent à droite trop tôt. Créant une file qui bloque le croisement avec le pont de Jambes. " Si tout le monde faisait attention à cela, la circulation serait bien plus fluide dans le centre ", assure Erwin Marchal.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be