Assises de Namur : la défense demande une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire contre Bernard Marchal

La défense estime qu'une réinsertion ne sera pas possible pour Bernard Marchal, 52 ans, s'il est fait droit au réquisitoire de l'avocat général qui demande 17 ans de prison.

S.M
Assises de Namur : la défense demande une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire contre Bernard Marchal
©Belga

Les avocats de Bernard Marchal ont pris la parole après le réquisitoire de l'avocat général qui a requis 17 ans de prison, vendredi matin, contre Bernard Marchal. Ils ont demandé aux jurés de prononcer une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire.

« Dix-sept ans de prison, c’est un taux important, qui peut se comprendre mais qui ne prend pas en considération la peine de l’accusé, du contexte factuel des faits et du drame familial », a précisé Me Fery.

Celle-ci a mis en avant la détention préventive déjà subie par l’accusé. « Quatorze mois de préventive ferme et dix-sept mois de détention à domicile. La prison c’est un pourrissoir. Le taux de récidive des gens qui en sortent est important. La surveillance électronique, c’est une prison dorée. On est chez soi mais on n’a pas la capacité d’aller et venir. Peu de personnes tiennent le coup. Lui, n’a plus touché une goutte d’alcool depuis les faits commis. La réinsertion de Bernard Marchal, j’y crois. Car il ne consomme plus rien et que je n’entends pas de haine au sein des parties civiles. Monsieur saura respecter des conditions. »

«L’alcoolisme détruit, c’est un problème de santé publique. Chaque semaine, chaque week-end, des enfants meurent, des femmes périssent, des frères s’entre-tuent. L’alcool détruit, lentement. Les attentes de la société sont que Bernard Marchal mette un terme à cette consommation d’alcool. S’il s’abstient totalement, il ne posera aucun problème à personne », a ajouté Me Maudoux, second avocat de l’accusé.

Pour pouvoir accorder des conditions, la peine maximale doit être de cinq ans de prison. « Une descente vertigineuse, par rapport au réquisitoire. Mais je ne vois pas de réinsertion possible, pour un homme de 52 ans, s’il écope de 17 ans de prison", précise Me Fery.

La défense rappelle qu’en 2021, la cour d’Assises de Namur a prononcé une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire à l’encontre d’Erhan Murat, reconnu coupable du meurtre de Raphaël Warnant, le 14 septembre 2018 à Fosses-la-Ville. Dans cette affaire, l’avocat général avait requis dix-huit ans de prison.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be