Du cannabis dans des patates lancées au dessus du mur de la prison de Namur

La drogue était lancée au-dessus des murs de la prison de Namur

Prison de Namur
©Bruno Fahy

Le parquet de Namur a requis jeudi devant le tribunal correctionnel jusqu’à 7 ans de prison à l’encontre de 9 prévenus impliqués dans un trafic de drogue qui a eu lieu à Namur en 2020 et 2021. Certains protagonistes devaient répondre de préventions de détention d’armes, d’outrage, de harcèlement ou de menaces.

Les prévenus sont accusés d’avoir vendu de la cocaïne, de l’héroïne et du cannabis sous forme d’association de malfaiteurs. Ils ont notamment commercialisé la drogue à Jambes. D’autres prévenus ont introduit du cannabis au sein de la prison de Namur pour que celle-ci y soit commercialisée en cachant celle-ci dans des pommes de terre qui étaient lancées au-dessus du mur d’enceinte de la prison.

Interrogés, les prévenus ont nié l’existence d’une association de malfaiteurs, expliquant simplement vendre pour financer leur consommation personnelle.

Le substitut Marganne, du parquet de Namur, a mis en avant le caractère organisé des intervenants pour asseoir la prévention d’association de malfaiteurs : les dirigeants achetaient la drogue, géraient les finances, les stocks, la liste de clientèle et embauchaient des vendeurs et des livreurs qui agissaient quotidiennement. Un numéro de téléphone unique était destiné aux acheteurs.

Les réquisitions du substitut namurois varient entre 7 et 2 ans de prison. Le ministère public a requis l’acquittement d’un des membres de la bande et ne s’oppose pas à une peine de travail pour un autre.

Des peines assorties de sursis probatoires ou des peines de travail ont été plaidées par les conseils des prévenus.

Un dépôt de pièces aura lieu le 7 juillet, le jugement interviendra dans le courant du mois de septembre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be