Annulation du Verdur Rock à Namur : les organisateurs se défendent

C’est bien une météo douteuse qui a justifié l’annulation du Verdur Rock, assurent les organisateurs, qui démentent les rumeurs de mauvaise gestion.

L'Avenir
verdur rock
©Intranet

Sous le feu des critiques depuis l’annulation en dernière minute de l’édition 2022, les organisateurs du Verdur Rock livrent leur version des événements. Dans un long communiqué de presse, ils démentent les accusations de mauvaise gestion et de déficit organisationnel qui sont pointés par une série d’observateurs du milieu culturel namurois comme les véritables raisons de l’annulation. Non, assurent-ils, c’est bien la météo qui a guidé leur choix.

"Tout était prêt"

"De mauvaises prévisions météo à l'heure des têtes d'affiche nous exposaient à une trop faible fréquentation, ce qui est mortel pour un festival gratuit, très peu subsidié, explique l'équipe du Verdur. Contrairement à ce qui a pu être écrit dans certains articles : tout était prêt. L'équipe était au complet […] 15 artistes étaient à l'affiche, certains avaient déjà touché 50 % de leur cachet en acompte, la société de sonorisation était engagée, au même titre que les techniciens, ingés son et lumières, roadies, stage managers et sage-hands, une équipe d'environ 25 bénévoles complétée par deux équipes de scouts, l'électricité au Théâtre était active, l'amplification WiFi était commandée pour les postes d'achats de ressources cashless, ainsi que les caravanes pour accueillir les préposés aux guichets… On peut reprendre ainsi la liste de tous les intervenants, les bons de commande signés et les acomptes versés prouvent que l'équipe était fin prête, même si - comme dans tous les festivals - l'année 2022 a été difficile au niveau des recrutements en cette période post-Covid."

Mais le Verdur Rock est un festival gratuit, rappellent les organisateurs. Et si la gratuité d'un événement culturel est un choix philosophique fort, elle qui oblige à marcher sur un fil. "Étant dix fois moins subsidiés que lors des premières éditions, nous ne pouvions simplement pas nous permettre de risquer une faible fréquentation due aux mauvaises prévisions météo (qui d'ailleurs se sont révélées exactes) et synonyme de douche froide financière. Peu de public, peu de consommations au bar et nous ne pouvons malheureusement compter pratiquement que sur ces revenus-là. En dessous de 6000 personnes, nous savons d'expérience que nous ne rentrons pas dans nos frais et il est fort à parier qu'une météo pluvieuse aurait largement compromis une telle jauge."

L'équipe reconnaît que la situation financière à l'issue des éditions 2018 et 2019 était compliquée et qu'elle a occasionné plusieurs retards de paiement auprès de prestataires. Elle souligne toutefois qu'elle est parvenue à maintenir les finances "à flots".

Un avenir incertain

"Sur les 28 groupes des éditions 2018 et 2019, la toute grande majorité a été payée, mais deux d’entre eux ont très rapidement fait intervenir des avocats qui ont reçu jugement du tribunal de devoir attendre la prochaine édition pour être payés. À l’heure actuelle, il reste pour chacun un solde d’environ 3000€ qu’ils auraient déjà touché s’ils n’avaient pas enclenché une procédure judiciaire."

Quid de la suite ? "Nous ne savons pas encore de quoi l'avenir du Verdur sera fait mais nous continuerons à nous battre pour le rêve d'une musique de qualité accessible à toutes et tous", concluent les organisateurs.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be