Fosses-la-Ville: le Conseil d’État suspend la démolition du kiosque

Nouveau rebondissement dans la saga du kiosque communal de Fosses-la-Ville : le Conseil d’État a suspendu mardi le permis autorisant la démolition de cet édifice patrimonial presque centenaire.

Fosses-la-Ville: le Conseil d’État suspend la démolition du kiosque
©EDA

Le 5 février 2020, le bourgmestre, Gaëtan de Bilderling, avait ordonné, pour des raisons de sécurité, le démontage de la partie haute du kiosque, classé comme monument par un arrêté ministériel du 27 septembre 1998 mais déclassé le 23 septembre 2021 par Valérie Du Bue, la ministre en charge du patrimoine.

Un permis du 10 mai 2022 autorisait la démolition de la partie restante du kiosque. Par un arrêt du 9 août 2022, le Conseil d’État, saisi notamment par une association de défense du patrimoine wallon, ordonne toutefois la suspension, selon la procédure d’extrême urgence, de l’exécution de ce permis.

Le Conseil d’État juge notamment qu’en se limitant à faire référence à la démolition de la partie haute du kiosque situé place du Marché à Fosses-la-Ville ainsi qu’à la radiation subséquente de l’arrêté de classement, le permis est insuffisamment motivé.

En particulier, il considère que le déclassement du bien concerné ne suffit pas à justifier à lui seul l’autorisation de le démolir.

"Je n’ai pas encore pris connaissance du contenu de l’arrêt du Conseil d’État mais je pensais qu’il irait plus dans le sens de la Ville", réagit l’échevin du Patrimoine Jean-François Favresse.

"La sécurité prime plus que toute autre raison patrimoniale. Nous en discuterons lors d’une réunion du collège jeudi après-midi. Peut-être pourrons-nous introduire un nouveau permis plus motivé."

La saga du kiosque de Fosses-la-Ville dure depuis plus de deux ans.

Construit en 1937, il avait été classé par un arrêté du 27 septembre 1998. Mais, en janvier 2020, le bourgmestre prenait un arrêté de police interdisant l’accès au monument en raison de sa dangerosité.

Un rapport du service communal des travaux signalait en effet l’existence de plusieurs dégradations et préconisait une série de mesures conservatoires.

Le 5 février 2020, le bourgmestre ordonnait alors la démolition des colonnes et du chapiteau du kiosque.

Les 10 et 11 mars 2020, des travaux débutaient avec la démolition des colonnes, du couronnement et de la toiture du kiosque.

Ne subsistent dès lors à présent sur les lieux que le socle, l’escalier d’accès avec mains courantes, les bases des colonnes et les garde-corps de fer forgé.

Toutefois, bon nombre de pièces provenant de la partie haute du kiosque n’ont pas été démolies et sont conservées par le service des travaux de la commune.

Le 30 septembre 2020, Valérie Du Bue, ministre en charge du patrimoine, décidait d’entamer la procédure de déclassement du monument. Mais le 17 novembre 2020, la Commission royale des monuments, sites et fouilles émettait un avis défavorable au sujet du déclassement.

Le conseil communal donnait quant à lui un avis favorable le 18 janvier 2021. Lors de l’enquête publique, de nombreuses réclamations avaient toutefois été introduites.

Le 23 septembre 2021, la ministre en charge du Patrimoine avait finalement déclassé le bien. Mais le 22 novembre 2021, Aurélien Huysentruyt, Muriel Charue et l’ASBL de défense du patrimoine "Communauté Historia" saisissaient le Conseil d’État d’un recours en annulation à l’encontre de l’arrêté ministériel du 23 septembre 2021.

Le 23 novembre 2021, la commune de Fosses-la-Ville avait introduit auprès de la Région

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be