Namur : un infirmier soupçonné d’attentats à la pudeur et de viols

Le suspect a déclaré qu’il avait réalisé des “débouchages”, car le petit était constipé.

Sarah Rasujew
Namur : un infirmier soupçonné d’attentats à la pudeur et de viols
©RASUJEW

Un infirmier de la région Namuroise âgé de 50 ans encourt une peine de cinq ans de prison devant la cour d’appel de Liège pour avoir commis des coups, des attentats à la pudeur et des viols sur son beau-fils alors que l’enfant était à peine âgé de sept ans au début et jusqu’à ses quatorze ans. En 2013, le jeune garçon a déposé une plainte avec constitution de partie civile. Il s’était d’abord confié à des intervenants professionnels.

Il a expliqué qu'il avait été victime de faits de fellations et de sodomie répétés, depuis ses sept ans. Depuis, le jeune homme est incontinent, s'auto-mutile, se scarifie et a fait de nombreuses tentatives de suicide. "Je n'ai jamais fait de fellation", a indiqué le prévenu lors de son passage devant la cour d'appel." Je n'ai jamais aucun acte pédophile vis-à-vis d'aucun enfant dont j'ai eu l'occasion de m'occuper."

La cour a questionné le prévenu quant au fait que l'enfant avait donné des précisions temporelles. Il a situé les faits les mercredis et samedis quand sa mère était au travail. Il a réalisé ses révélations alors qu'il avait un suivi psychologique et médical. Il gardait des traces physiques. "Je suis fortement étonné des rapports", a expliqué l'infirmier. "Nous n'avons jamais consulté aucun médecin concernant des pertes de selles, mais en 2e maternelle, il a eu des problèmes. Il a fait des épisodes de constipation, on a réalisé des débouchages manuels." Une déclaration qui a étonné le parquet général car le dossier révélait plutôt des problèmes de selles liquides et non de constipation. "J'ai été chef scout, chez les louveteau, je n'ai jamais rencontré aucun problème pédophile avec aucun enfant." Le prévenu a admis avoir porté des gifles et des fessées à la victime.

Le parquet général a souligné que vu la gravité des faits, si ils n’avaient pas été si anciens, il aurait requis une peine qui ne soit pas inférieure à au moins huit ans de prison. L'avocat de du prévenu a plaidé l'acquittement pour les faits de pédophilie en estimant qu'il n'y avait aucun élément qui démontrait que son client aie des tendances pédophiles. La cour rendra son arrêt en septembre

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be