Namur: les échasseuses ont attendu 600 ans

La toute première joute des échasseuses vient de se terminer, sur une place du Théâtre noire de monde. Manon, 14 ans, remporte l’échasse diamants. Rapide mais sec et spectaculaire, le combat a démontré que l’histoire des échasseurs, vieille de six cents ans, s’écrira aussi désormais au féminin. 

Samuel Husquin
Namur: les échasseuses ont attendu 600 ans
©EDA-Florent Marot

L’histoire du folklore namurois vient d’écrire une nouvelle page sur le pavé de la place du Théâtre, au cœur de la ville. Dans la capitale wallonne, les joutes sur échasses existent depuis plus de 600 ans. Mais c’est la première fois, ce samedi, que le combat est exclusivement féminin.

Onze jouteuses ont pris part à la bataille. Échasseurs et échasseuses se sont donné rendez-vous à 15h20, au coin de la rue de l'Ange et de la rue de Marchovelette. "C'est un lieu symbolique, l'endroit où le crieur public, un jour de 1411, a annoncé aux Namurois qu'il leur était désormais interdit de se battre, juchés sur leurs échasses", rappelle Bertrand Patris.

Mélans et Avresses forment une haie d’honneur pour les futures combattantes. Certaines n’en mènent pas large. Un peu en retrait, deux mamans versent déjà les premières larmes.

À pas de géant, le cortège file vers la place du Théâtre. Le soleil a choisi le bon moment pour se montrer et l’endroit est noir de monde.

Il ne reste plus qu’un petit carré dégagé pour jouteuses.

Le rêve de Manon est réalisé

15h30. Le signal est donné et le combat a vraiment belle allure. Les coups sont précis et secs. Les Avresses semblent avoir mis au point une tactique collective qui sera plus efficace. Lucie sera la dernière à défendre les couleurs noir et jaune des Mélans. Elle est follement applaudie. Elastique et endurante, elle résiste aux assauts de ses quatre adversaires. Elle prend le meilleur sur Alice et on se dit qu’elle pourrait peut-être réussir l’impossible. Mais elle chutera en même temps qu’une autre Avresse. Lucie tombe sur le dos, certains frémissent face à cette périlleuse culbute. Mais la jeune fille se redresse immédiatement et va directement encourager les combattantes encore en lice. La finale sera donc 100% rouge et blanc, les couleurs de cette compagnie qui regroupait autrefois les habitants qui résidaient en dehors des remparts de Namur.

Manon et Elodie donnent tout ce qu’elles ont dans le ventre. Plus déterminée et puissante, la première finira par emporter l’échasse de diamants, après un combat d’une vingtaine de minutes.

"J'ai été vraiment heureuse de voir qu'il y avait beaucoup de monde pour venir assister au combat", commente Manon Welschen.

Il y a trois ans déjà, lors d‘un reportage à l’occasion d’une visite des échasseurs à l’école de Champion, cette jeune fille souriante âgée aujourd’hui de 14 ans, nous avait déjà fait part de son rêve: pouvoir un jour disputer une joute officielle. Elle n’aura pas dû attendre six cents ans…

"Pour nous, rien que le fait de vivre ce combat, c'est déjà la plus grande victoire", souligne Manon. "Et j'espère qu'on sera encore bien plus nombreuse, l'an prochain au même endroit!"Avec de telles ambassadrices, les échasseuses seront assurément toujours plus nombreuses.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be