"Wallo" : dans certains quartiers, c’est le blues et le bouillon

Moins de monde, moins de rentrées et des coûts qui explosent…

Samuel Husquin
"Wallo" : dans certains quartiers, c’est le blues et le bouillon
Cela fait onze ans que je suis président de quartier et j'ai toujours adoré ça. Mais c'est un boulot de fou, ça prend un temps dingue et puis quand on voit le résultat, c'est dur à encaisser. Je me pose vraiment la question...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité