Après une prise d’otages, il saute d’un fourgon en marche, sur la E411 à Eghezée : 8 ans de prison

L’appui aérien et un chien pisteur ont permis de le retrouver. 10 ans étaient requis.

JVE
Après une prise d’otages, il saute d’un fourgon en marche, sur la E411 à Eghezée : 8 ans de prison
©DR

"J'ai su m'extraire de la cage. J'ai touché le frein à main et les gardiens ont eu peur. Je n'ai menacé personne. J'ai ouvert la porte du fourgon et j'ai sauté." C'est la version des faits avancée par un prévenu qui devait répondre des préventions de prise d'otages, de détention d'arme et de menaces le 1er septembre dernier devant le tribunal correctionnel de Namur.

Les faits ont eu lieu le 8 septembre 2021 et ont été commis par un prévenu né en 2002. Celui-ci, en séjour illégal, avait été condamné à une peine de 18 mois assortie d’un sursis partiel. Alors qu’il venait de terminer de purger celle-ci, l’Office des Étrangers est venu le chercher à la prison d’Arlon pour le transférer vers centre fermé de Steenokkerzeel. Durant le transfert, il serait parvenu à sortir de la cellule située dans le fourgon avant de menacer l’agent passager du véhicule avec un objet pointu et de demander au conducteur de s’arrêter, sur l’autoroute, à hauteur d’Eghezée. Le prévenu a finalement sauté en marche avant de prendre la fuite. Un chien pisteur et l’appui aérien ont été mobilisés pour le retrouver.

Questionné par le tribunal, il déclarait qu'il n'avait pas d'arme en sa possession ce jour-là. S'il reconnaissait être sorti de la cellule, il niait avoir menacé les agents et réfutait donc la prévention de prise d'otages. "Une blessure à la jugulaire a bien été relevée par le légiste", soulignait le substitut Seminara, qui réclamaitune peine de 10 ans de prison.

Me Bourgeois plaidait pour sa part l’acquittement de son client, âgé de 20 ans. Celle-ci estimait qu’il n’y avait pas eu de prise d’otages ce jour-là et soulignait de nombreux manquements dans le chef des agents de l’Office des Étrangers ainsi que des contradictions dans leurs déclarations.

Le prévenu a été condamné à 8 ans de prison ce jeudi. Dans son jugement, le tribunal relève qu'il est en état de récidive légale, qu'il a privé un des agents de sa liberté en pratiquant sur lui un étranglement et qu'il a occasionné des blessures dans le cadre de ces faits. Le traumatisme des victimes est évoqué, tout comme le fait que le prévenu ait encore tenté de s'enfuir, lors de son extradition de la France vers la Belgique.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be