Jambes : 12 ans requis pour une fusillade en pleine rue

Les faits ont été qualifiés de tentative d’assassinat

Julien Van Espen
Jambes : 12 ans requis pour une fusillade en pleine rue

Le ministère public et 2 avocats avaient la parole ce jeudi dans le cadre du dossier qui concerne la fusillade qui a eu lieu en pleine rue à Jambes le 29 janvier 2021, par ailleurs qualifiée de tentative d’assassinat par le parquet de Namur

Le dossier a débuté par une enquête menée au sujet de Guinéens vendant de la cocaïne en région namuroise, en 2021. Ceux-ci ont rapidement tissé des liens avec un réseau Albanais actif au même endroit. "Ce dernier était cependant de plus grande ampleur, plus élaboré et organisé", confiait le substitut Vandermeiren ce jeudi. "Une réelle organisation avait été mise en place autour d'une pizzeria du centre de Namur. Ses véhicules étaient utilisés pour livrer de la cocaïne, il y avait des téléphones de fonction, des tournantes entre les vendeurs, qui opéraient sous forme d'association de malfaiteurs." L'actif illicite engrangé par ce trafic entre le 1er décembre 2019 et le 25 mars 2021 avoisinerait les 876.000 euros, selon les enquêteurs.

Deux règlements de compte entre les acteurs Albanais de ce trafic ont eu lieu en janvier 2021, entraînant des arrestations et des perquisitions dans le cadre de l’enquête menée sur le trafic de cocaïne. Le prévenu d’origine albanaise à la tête du trafic de cocaïne a été victime d’un vol avec violence le 21 janvier 2021. Menacé avec une arme, il a été attaché, 1500 euros et 80 grammes de cocaïne lui ont été dérobés. Une somme de 10.000 euros lui a été extorquée.

En vue de représailles, ce dernier et deux complices se sont rendus chez l’auteur du vol avec violence et de l’extorsion, le 29 janvier. Deux des protagonistes étant armés, une dizaine de coups de feu ont été échangés, au croisement des avenues Jean Materne et Gouverneur Bovesse. Un des tireurs et deux véhicules ont été touchés par des balles.

12 ans de prison ont été requis contre le dirigeant de l’association de malfaiteurs, par ailleurs considéré comme le meneur de l’expédition punitive qualifiée de tentative d’assassinat. 12 ans sont également requis contre l’auteur principal du vol avec violence et de l’extorsion. Les peines requises à l’encontre des 7 autres prévenus de la branche "albanaise" du trafic varient entre 10 et 4 ans de prison. Le parquet de Namur requiert 6 ans de prison à l’encontre du dirigeant de l’association de malfaiteurs d’origine Guinéenne et 4 ans à l’encontre de ses 3 complices.

Des acquittements sollicités

Le conseil du prévenu considéré comme le dirigeant de l'association albanaise et devant répondre de tentative d'assassinat plaide l'acquittement pour cette dernière prévention. "Ils étaient plusieurs ce jour-là et un doute réel existe quant au fait de savoir si mon client a tiré avec une arme." Un sursis probatoire est plaidé pour les préventions relatives à la vente de stupéfiants.

Le conseil d’un second prévenu, qui accompagnait le premier le jour de la tentative d’assassinat et contre qui 10 ans ont été requis conteste la présence de son client sur les lieux le jour des faits et plaide l’acquittement. La suspension du prononcé de la condamnation est plaidée pour les préventions relatives à la vente de cocaïne. Suite des plaidoiries le 20 octobre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be