Accusé de harcèlement : l’internement prononcé

Deux esclandres à la bibliothèque de Jemeppe-sur-Sambre étaient reprochés au prévenu.

JVE
Les faits se sont déroulés à la bibliothèque de Jemeppe-sur-Sambre
Les faits se sont déroulés à la bibliothèque de Jemeppe-sur-Sambre ©DR

Le covid et son climat anxiogène ont parfois pu amener à certains dérapages. Michaël (prénom d’emprunt), devait s’expliquer à ce sujet le 7 novembre devant le tribunal correctionnel de Namur. Il devait répondre de deux scènes, qualifiées de harcèlement, qui se sont déroulées à la bibliothèque de Jemeppe-sur-Sambre en septembre 2020.

Je suis hypersensible. Je fréquente la bibliothèque depuis près de 20 ans. J’avais du mal avec le port du masque, on m’a fait remarquer que je devais le porter correctement, je n’ai pas voulu le mettre entièrement ni mettre du gel sur mes mains et j’ai peut-être élevé la voix. Depuis, je n’y suis plus allé.

Le substitut Samain réclamait l’internement du prévenu, présenté comme bipolaire et souffrant d’une altération de son état mental. “Il a été jusqu’à se frotter contre des personnes présentes à la bibliothèque ces jours-là. Elles sont parties en courant, terrifiées. Suite à ces scènes, il a proféré des menaces sur Facebook. Des armes ont par ailleurs été retrouvées chez lui, dont certaines sont prohibées. Ce qui est inquiétant quand on sait qu’il est adepte des discours extrémistes et des théories complotistes. Le risque de récidive est considéré comme élevé dans son chef.

Le conseil du prévenu plaidait l’acquittement pour la prévention de harcèlement et une peine de probation autonome pour celle relative à la détention d’armes.

L’internement a été prononcé ce lundi.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be