Tentative de meurtre : sa mère lui refuse 50 euros pour acheter de la drogue, il la bat et lui crève un œil

10 ans de prison sont requis par le ministère public.

JVE
La victime a été rouée de coups
La victime a été rouée de coups ©shutterstock

La nuit du 13 au 14 février 2022, Daniel (prénom d’emprunt), 43 ans et polytoxicomane, voulait à nouveau soutirer 50 euros à sa mère, comme il le faisait depuis plusieurs mois. Ce jour-là, elle avait décidé d’être ferme et de dire non. La réponse de son fils ? Un déferlement de violence et de coups au visage de celle qui lui a donné la vie. Une scène qui s’est terminée de façon horrible : Daniel lui a enfoncé un pouce dans l’œil, crevant celui-ci. Sans doute effrayé par la forte hémorragie provoquée par ce dernier acte, il a pris la fuite, la laissant dans “un état épouvantable”, préférant aller boire des canettes de bière sur Ravel durant toute la nuit. Ce n’est que 12 heures plus tard qu’il est revenu dans l’habitation, visiblement convaincu qu’il avait tué sa victime. Il a alors appelé les secours, mais a refusé de prodiguer les premiers soins, déclarant qu’elle avait été agressée par une personne inconnue. Interrogé par la police, celui qui a déjà été condamné à 3 ans de prison pour vol avec violence, a finalement reconnu “avoir porté 2 coups de poing” à la victime.

Accro à l’héroïne, à la cocaïne et à l’alcool, le prévenu suivait un traitement à la méthadone au moment des faits. Il a déjà été interné à plusieurs reprises pour soigner, sans succès, ses addictions. Interrogé par la présidente Matagne au sujet de cette tentative de meurtre, il déclarait : “J’ai agi en pleine impulsivité, j’étais fâché, je n’avais pas d’argent car mon administrateur de biens ne m’en donnait pas assez. Je me remets en question, c’était une grave erreur. Je veux être suivi pour mes assuétudes.

Le conseil de la victime explique : “Jusqu’à ce mercredi soir, elle ne savait pas si elle allait se constituer partie civile. Elle l’a finalement fait, pour que son statut de victime soit reconnu. Pour 50 euros de drogue, il a failli tuer sa mère. “J’avais l’intention de lui faire du mal”, a-t-il déclaré. Aujourd’hui, cette dame est toujours traumatisée par ce qu’elle a vécu, elle n’ose plus rentrer dans son habitation, où ont eu lieu les faits.

Le substitut Seminara, évoquant “une scène de mise à mort” et le calvaire de la victime, qui a dû subir une reconstruction de la face, requiert une peine de 10 ans de prison. “Entendu par un psychiatre, il a déclaré qu’elle n’aurait pas du se conduire comme cela, qu’elle avait fait son cinéma en ne voulant pas lui donner ce qu’il demandait. Cela fait froid dans le dos.”

Me Closson, évoquant les addictions de son client, plaide une peine assortie d’un sursis probatoire.

Jugement le 19 janvier.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be