Un homme poursuivi pour trafic de cocaïne et 12kg de cannabis : “Je ne suis pas Pablo Escobar”

Il a vendu des stupéfiants à une vingtaine de personnes, durant près de deux, après s’être installé à Couvin.

S. M.
An employee shows the content of a package of Demecan's medical cannabis at the production site of German pharmaceutical company Demecan in Ebersbach near Dresden, eastern Germany on November 28, 2022. - Lost in the east German countryside, a former abattoir is now home to the biggest indoor cannabis farms in Europe. The German startup Demecan has been growing marijuana for about a year -- completely legally. The complex is one of the few locations in Germany to have a license for the production of this "green gold", which has been legal for medicinal use in Germany since 2017. (Photo by JENS SCHLUETER / AFP) / TO GO WITH AFP STORY by Florian CAZERES
Le prévenu conteste les quantités retenues. ©AFP or licensors

L’attitude adoptée par ce Couvinois de 38 ans ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Dinant risque de ne pas jouer en sa faveur. L’homme perturbe d’abord l’audience avec une sonnerie de gsm. Lorsque le tribunal se penche ensuite sur son dossier, il semble complètement agacé par les questions du juge Hauquier. Il sourit, baille, regarde ses ongles ou le plafond lorsqu’il répond avec une certaine désinvolture. Son casier judiciaire, dans lequel figurent notamment 27 condamnations en matière de roulage (beaucoup par défaut), reflète finalement bien la personnalité de l’individu.

Les questions posées concernent la vente de cocaïne et de 12 kg de cannabis entre avril 2018 et juin 2020 à Couvin. L’homme avait une vingtaine de clients, dont plusieurs mineurs. Pour le cannabis, il achetait par 25g. Il en revendait 20 et en gardait 5 pour lui. L’actif illégal est estimé à 60.000€ par le parquet de Namur, à 15.000€ par la défense. “Je me suis installé en région couvinoise et on a commencé à me demander des stupéfiants. Que voulez-vous que je vous dise d’autre ? Tout ça, c’est pour le profit que je l’ai fait. Par contre, je conteste les quantités. Je ne suis pas Pablo Escobar non plus”, explique l’individu.

Ce dernier a été libéré sous conditions après 15 jours de détention préventive. “J’avais des conditions ? ”, s’étonne-t-il lorsqu’on lui demande s’il les a respectées.

Le réquisitoire du parquet de Namur a néanmoins le don de secouer un peu le prévenu. “Que faire avec lui ? Il est récidiviste, consomme toujours et ne respecte pas les conditions. Il reste la prison ferme. ” 40 mois sont requis. “40 mois ? Je suis sur le cul”, réagit le prévenu la queue entre les jambes.

Ce dernier, qui consomme du cannabis depuis ses 17 ans, finira par marquer son accord sur des conditions probatoires. Jugement le 12 janvier.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be