Il y a 3 ans, une mère et son enfant tombaient dans la Meuse à Andenne : elle a dû s’expliquer au tribunal

Malvoyante, elle a emprunté le Ravel pour éviter des travaux.

JVE
L'endroit où se sont déroulés les faits.
L'endroit où se sont déroulés les faits. ©EDA-Florent Marot

Un drame a failli survenir le 8 décembre 2019 vers 18 h 30 à Andenne. Marie (prénom d’emprunt), venait d’aller faire des courses avec son enfant de 3 ans. En raison de travaux Avenue Roi Albert, celle-ci a emprunté le quai de Brouckère en bord de Meuse, à savoir la piste Ravel, mal éclairée et non munie de garde-corps. Elle avait confié son GSM, qu’elle utilisait comme lampe de poche, à son enfant, pour qu’il regarde une vidéo.

Reconnue handicapée en raison de problèmes de vue, elle a perdu ses repères et est tombée de près de 5 mètres dans la Meuse. Suite à la chute, elle et son enfant sont restés 20 minutes dans l’eau. Un riverain est intervenu sans succès avant l’intervention des pompiers. La prévenue a fait un arrêt cardiaque dans l’ambulance et son enfant se trouvait en état d’hypothermie, mais a survécu. Des traces d’alcool et d’amphétamines (consommée l’avant-veille selon la prévenue) ont été retrouvées dans le sang de Marie.

Le substitut Vandermeiren estime qu’en empruntant le Ravel mal éclairé en étant sous influence, la prévenue a pris des risques inconsidérés. “C’était un mauvais choix, une chute dans la Meuse étant clairement plus dangereuse qu’une chute sur un trottoir en travaux. Étant donné les problèmes de vues rencontrés par la prévenue, il était d’autant plus dangereux d’emprunter, la nuit, une piste non munie de garde-fous. Si l’enfant va mieux, l’absence de séquelles est inespérée, les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves.” Une peine de probation autonome de 2 ans est requise contre les parents de l’enfant.

L’avocate du couple plaide l’acquittement pour la prévention de coups et blessures involontaires et la suspension probatoire du prononcé pour celle relative aux stupéfiants. “Ma cliente perd en effet la vue petit à petit. Un chantier de réfection complète des trottoirs l’empêchait de passer avec la poussette ce jour-là, elle a emprunté le Ravel, qu’elle connaissait par cœur, en totale confiance, sans imaginer qu’elle pourrait tomber dans l’eau avec son petit garçon. Mais l’impensable est arrivé. L’enfant a aujourd’hui 3 ans. Il est suivi de près au, niveau neurologique et pulmonaire, mais tout va bien. Pour ma cliente, il s’agit bien d’un accident, rien de ce qui est arrivé n’était prévisible.

Le papa a pris la parole en fin d’audience : “Ma compagne est une femme forte, une héroïne, c’est grâce à elle que mon fils est toujours là aujourd’hui. Elle l’a porté sur son dos dans l’eau glacée pendant 20 minutes. Aujourd’hui, nous vivons dans la joie, en famille.

Jugement le 20 janvier

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be