Jusqu’à cinq ans requis pour l’incendie d’une voiture à Viroinval : “Ha oui, quand même… Ça pique”

Trois individus n’ont pas apprécié qu’un riverain les dérange alors qu’ils prenaient un verre en terrasse. Ils se sont vengés en dégradant son immeuble et en incendiant son véhicule.

S. M.
 La dotation de la Province aux zones de secours augmente de 3 millions d’euros en 2023, mais cela ne change plus rien pour les Communes. En zone Nage, cela repart même à la hausse.
L'intervention du gérant d'un restaurant a facilité le travail des pompiers. ©ÉdA – 21116074533 

Deux peines de 40 mois et une de 5 ans de prison ont été requises, jeudi par le parquet de Namur devant le tribunal correctionnel de Dinant, à l’encontre de trois individus poursuivis des faits de dégradation mobilière et d’incendie volontaire, commis dans la nuit du 24 au 25 juin 2021.

Les trois prévenus qui prenaient un verre en terrasse n’ont pas apprécié qu’un riverain, excédé par le bruit, vienne manifester son mécontentement. “Il est venu nous provoquer avec une arme, ça a chauffé les esprits”, explique un des prévenus.

En représailles, ils ont dégradé les châssis et la porte d’entrée de son immeuble puis sont allés acheter de l’essence, dans une station-service de la région, qu’ils ont déversé sur le véhicule de ce même riverain avant d’y mettre le feu. “Celui-ci était situé à quelques mètres de la façade. Le feu a pu être maîtrisé par les pompiers grâce au gérant d’un restaurant qui était déjà intervenu. Sinon, on ne sait pas ce qu’il se serait passé”, précise le parquet de Namur.

Pour ces faits, le tribunal peut prononcer jusqu’à cinq ans de prison. “Ha oui, quand même… Ça pique”, dira l’un des prévenus d’une manière assez désinvolte, à l’instar de ses deux comparses.

Une peine de probation autonome et un sursis simple ont été demandés pour deux des prévenus. Pour le dernier, qui a déjà plusieurs antécédents correctionnels, une peine de travail a été plaidée. Jugement le 23 février.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be