Marc (prénom d’emprunt), un maçon de la région de Florennes, comparaissait le 13 septembre devant le tribunal correctionnel de Namur pour des infractions environnementales. En mai 2019, il a demandé à une société qui menait un chantier à Dinant de pouvoir récupérer différents matériaux inertes, considérés comme des déchets par la dite entreprise. Il a fait déposer ces matériaux, 293 tonnes, tout de même, sur un terrain jouxtant le sien appartenant à la commune de Mettet. L’intéressé a expliqué avoir reçu l’accord d’un échevin pour procéder de la sorte. Reste qu’au vu de la quantité de matériaux, que le prévenu comptait valoriser, un permis d’environnement de classe 2, relatif à la création d’un centre de valorisation de déchets, était nécessaire. Tout comme un permis d’urbanisme. Si la société à qui appartenaient les matériaux les a rapidement enlevés, la commune concernée a porté plainte. Sur place, la police a constaté que le terrain appartenant à Marc contenait également d’importantes quantités de matériaux en tous genres : caravanes, ferrailles, palettes, électroménager, ...De quoi fonder une prévention de gestion non-conforme des déchets.

Le parquet a proposé une transaction de 2000 euros à l’intéressé, qui l’a refusée. Le parquet demande aujourd’hui au tribunal d’infliger une amende du même montant au contrevenant. Le jugement est intervenu ce lundi, le prévenu est condamné à une amende de 300 euros assortie d'un sursis de 3 ans pour la moitié.