La victime avait été utilisée comme cadeau d’anniversaire par quatre jeunes dont un majeur.

Le tribunal correctionnel a condamné ce mercredi un jeune homme poursuivi pour viol et attentat à la pudeur. Des faits commis en août 2012 dans un contexte de fête d’anniversaire.

Quatre garçons, dont trois mineurs en aveux et jugés par le tribunal de la jeunesse, sont poursuivis pour un viol collectif. Le quatrième auteur, tout juste majeur au moment des faits, comparaissait seul en correctionnelle.

La victime ne gardera que des souvenirs flous de la soirée, alors qu’elle a très peu consommé d’alcool. Détails sordides, ce sont des commentaires postés sur les réseaux sociaux par les quatre jeunes gens qui réveilleront ses souvenirs. Une vidéo du viol circulera également.

« Ce qui a été commis cette nuit-là est innommable. Ma cliente est tombée dans un traquenard, précisait Me Joëlle Saussez pour la partie civile. Le majeur l’oblige à avoir des relations sexuelles au sol, alors que les autres entendent ses refus et ses plaintes. Pendant ce temps, ils se mettent d’accord sur l’ordre de passage, filment la scène et se vantent ensuite sur Facebook. »

Le parquet, estimant que le prévenu majeur est le seul à subir l’audience publique, ne souhaite pas qu’il soit le seul à payer. « Je ne veux pas le déclasser socialement mais vous n’allez pas non plus ne pas laisser de trace. La vidéo ne laisse aucun doute. Il y a viol et attentat à la pudeur » estimait Mme Devaux qui réclamait 30 mois de prison avec sursis probatoire.

A la défense, Me Kauten, était revenu sur l’ambiance générale de la soirée et des jours qui ont suivi. « La victime et les agresseurs ont échangé des sms et se sont revus après les faits. Il y a une certaine ambiguïté et il faut regarder le dossier avec prudence. »

Dans son jugement, le tribunal a suivi le parquet en estimant l’ensemble des préventions mises à sa charge établies et en condamnant le prévenu à 30 mois de prison avec sursis pendant 5 ans, à la condition notamment de se soumettre à un suivi psychologique.