Le prévenu était une sorte de confident pour la victime. Il a rapidement franchi les limites.

Une peine de 30 mois de prison assortie d'un sursis probatoire a été réclamée par le parquet de Namur, ce mercredi matin, à l'encontre d'un jeune homme d'une vingtaine d'années poursuivi pour plusieurs attentats à la pudeur commis sur une jeune fille de 12 ans, en 2016. Les faits se sont produits à Cerfontaine, dans le cadre d'une activité de parachutisme qu'il exerçait et que la fille fréquentait régulièrement également.

Lors d'une précédente audience, il a reconnu être entré dans la chambre de la jeune fille alors qu'elle dormait pour la caresser et lui toucher les seins. « Elle a reçu sa visite cinq ou six fois. Quand la porte s'ouvrait, elle était tétanisée et attendait que les choses s'arrêtent », a expliqué l'avocat de la partie civile.

Pour en arriver là, le prévenu avait tissé une relation de confiance avec la jeune fille de 12 ans. Qui a été brisée. « Ils sont devenus assez proches. Il avait une relation de confident mais peu à peu, il a commencé à aborder avec elle son développement sexuel, le port du soutien-gorge, etc. », a indiqué le parquet de Namur. La défense a, elle, évoqué des faits impulsifs et non malicieux. « Il n'y a aucune minimisation dans le chef de mon client », a plaidé la défense qui demande une suspension probatoire du prononcé. Jugement le 24 juin.