Le parquet de Namur a requis jeudi jusqu’à 7 ans de prison devant le tribunal correctionnel pour des vols de voitures commis par une association de malfaiteurs composée de 16 prévenus.

Les faits ont été commis entre 2018 et 2020, période durant laquelle une trentaine de voitures ont été dérobées. Les deux principaux protagonistes, deux frères, pénétraient dans des habitations pour voler les clefs des véhicules stationnés devant celles-ci et repartir avec les voitures des propriétaires des lieux, après leur avoir subtilisé d’autres objets comme des smartphones ou ordinateurs portables. Les véhicules étaient ensuite revendus pour l’exportation, principalement via le site 2ememain, ou démontés et revendus en pièces détachées. Un intermédiaire "commercial" faisait le lien entre les voleurs et 3 groupes différents de receleurs. Outre les préventions de vols de voitures, de vol avec violence dans un cas, et celle d’appartenance à une association de malfaiteurs, certains des prévenus doivent répondre de recel, de vente illégale de véhicules d’occasion, de faux (faux car-pass, faux carnet d’immatriculation, fausses plaques, fausses cartes d’identité), d’entrave méchante à la circulation, de rébellion armée avec un véhicule, de coups et insultes sur agents, d’escroquerie mais aussi d’infraction à la loi sur les stupéfiants, un des receleurs ayant mis sur pied une culture de 200 plants de cannabis.

Ce sont les adresses emails des malfaiteurs qui ont permis à la police de retrouver leur trace suite à la mise en vente en ligne d’un véhicule volé, une Volvo V60 dérobée en mars 2020 à Ciney. Des parallèles avec de nombreux vols de même type commis au même moment ont alors été réalisés et ont débouché sur des écoutes téléphoniques

Le substitut Seminara, pour le parquet de Namur, estime avoir affaire à des professionnels du vol de voitures. Elle requiert 7 ans de prison à l’encontre des 2 frères, considérés comme les dirigeants de cette association de malfaiteurs. Le plus jeune d’entre eux a commencé à voler des voitures à l’âge de 13 ans, alors que le plus âgé a déjà passé 9 ans en prison.

5 ans de prison sont requis contre le prévenu chargé d’être l’intermédiaire entre les voleurs et les receleurs. Des peines de 50 et 40 mois (pour deux prévenus), 3 ans, 24 mois (pour deux prévenus), 2 ans, 30 mois, un an, 4 mois et un mois sont requises contre les autres protagonistes. Une mesure d’absorption est proposée pour un dernier prévenu.

Différentes mesures de confiscations ont également été requises. A titre d’exemple, 80.000 euros sont réclamés à charge de chacun des 3 receleurs roumains, le parquet estimant que ceux-ci revendaient une dizaine de véhicules par mois.

Plaidoiries le 17 mars