Richard avait déjà été condamné deux fois pour des faits du même genre

NAMUR Richard terminera probablement le reste de sa vie derrière les barreaux. L’homme, qui fêtera son 80e anniversaire au mois de juin, a écopé jeudi de cinq années de prison ferme et d’une interdiction de ses droits civiques pour dix ans pour avoir commis des attentats à la pudeur sur une petite fille qui n’avait même pas trois ans lors des premiers attouchements.

Ces faits sordides ont duré pendant huit ans, de 2003 à 2011, sans que l’enfant n’ose révéler quoi que ce soit. L’homme habitait Profondeville et les parents aussi. Ils étaient très occupés professionnellement. La maman travaillait à plein-temps dans une friterie et quand Richard lui a proposé de garder sa fille, elle a vu cela comme une aubaine. D’autant plus que le septuagénaire semblait être un papy gâteau. Il allait la rechercher après l’école, lui achetait des cadeaux et des friandises. Mais les parents étaient loin de s’imaginer les gestes qu’il portait quotidiennement sur leur enfant.

C’est une brave dame qui, interpellée un jour par le comportement de Richard envers la fillette dans un bus, a averti les autorités. Dès ce moment-là, l’enfant a parlé. Le choc fut immense pour les parents, qui avaient placé leur confiance dans ce grand-père de substitution.

Pour rendre son jugement, le tribunal a bien sûr tenu compte du caractère odieux et de l’extrême gravité des faits, du fait que le prévenu a assouvi ses instincts pervers sur une enfant de moins de trois ans, qu’il ne s’est jamais remis en question, et qu’il ne s’est pas fait soigner alors qu’il avait déjà été condamné deux fois pour des faits similaires.

Au civil, il devra payer aux parents une somme provisionnelle de 4.000 € et un montant provisionnel de 3.000 € pour la petite victime.



© La Dernière Heure 2012