Namur Le Relais Social et ses permanences Relais Santé, coiffeuse et vétérinaire déménagent en cette fin de mois.

Pour le Relais Social Urbain Namurois et son Relais Santé, le 17 octobre - journée de lutte contre la pauvreté - marquait la dernière permanence dans l’hypercentre de Namur. "Le 24 octobre, nous quitterons nos bureaux rue Saint-Nicolas, à l’ombre de l’ancienne église Notre-Dame, pour rejoindre le 15 de la place Monseigneur Heylen à Bomel, dans les locaux de l’ancienne maison médicale, le 4 novembre", annonce le RSUN, qui proposait un accueil dans ce bâtiment du CPAS devenu trop petit.

"Nous étions une poignée lorsque nous sommes arrivés rue Saint-Nicolas et sommes aujourd’hui 12 équivalents temps plein. Les nouveaux locaux, qui sont ceux de l’ancienne maison médicale de Bomel, sont plus spacieux à la fois pour le personnel et les visiteurs", explique le coordinateur adjoint du Relais Social, Olivier Hissette.

Les permanences du Relais Santé ont toujours lieu les lundis matin et jeudis après-midi, ainsi que sur rendez-vous. Mais il y aura désormais deux espaces d’accueil. "Les douches (obligatoires avant de voir une infirmière, mais aussi très demandées par le public, NDLR) ne seront plus dans le couloir, mais séparées, ce qui permettra de meilleures conditions", précise Olivier Hissette, qui espère profiter de ce déménagement pour trouver des collaborations avec des partenaires extérieurs.

"Il y a une série de personnes qui ont difficilement accès aux soins de santé parce qu’elles n’ont pas de papiers par exemple. Ici, nous restons une structure bas seuil. Nous prenons les gens dans l’état où ils se trouvent", rappelle Olivier Hissette. Outre les permanences du Relais Santé, le RSUN accueille chaque mois une coiffeuse et un vétérinaire.

Des couvertures et protections hygiéniques

Comme la Croix-Rouge, le Relais Social Urbain Namurois (ils ne sont pas en concurrence, mais partenaires) cherche pour le plan hiver des couvertures et sacs de couchage. "Tout peut être déposé à partir de la semaine prochaine dans nos nouveaux locaux de la place Monseigneur Heylen 15 à Bomel", précise le coordinateur adjoint Olivier Hissette.

Au RSUN, qui tient des permanences infirmières, on a aussi une demande particulière. "La vie dans la rue est encore plus difficile pour les femmes que pour les hommes donc nous prenons les dons de protections hygiéniques. Et puis pour les personnes qui ont des problèmes de santé, les couches pour adultes sont les bienvenues." Appel est lancé aux familles qui auraient eu un parent incontinent en fin de vie.