Mardi soir, pour le conseil communal de rentrée, Thierry Warmoes interrogera le collège namurois sur la capacité des salles de spectacles à Namur.

"Suite au Conseil national de sécurité du 20 août dernier, les spectacles, pièces de théâtre, salles de cinéma, matchs de football ou autres événements sportifs peuvent désormais accueillir 200 spectateurs à l’intérieur et 400 pour les spectacles extérieurs. En respectant, bien entendu, les distances de sécurité et l’obligation du port du masque. La ville de Liège a néanmoins décidé d'assouplir ces règles pour quatre salles de spectacle", rappelle le chef du groupe PTB.

"Qu’en est-il pour Namur ? Y-a-t-il des salles sur le territoire de notre Ville qui pourraient également remplir ces conditions ? Si tel est le cas, la Ville de Namur prendra-telle une décision similaire à celle de la Ville de Liège afin de donner un peu plus d’oxygène au secteur culturel?", interroge-t-il tandis que le sort de la culture à Namur émeut bien au-delà du territoire local.

Ainsi le talentueux homme de théâtre s'émeut-il de l'avenir du Théâtre Jardin Passion dans une lettre ouverte. "Je pense à Martinrou, l'os à moelle, le TTO, le jardin passion et tous les autres qui ont perdu tellement de billetteries et qui ont soutenu aussi tellement de projets émergents. Je n'y ai vu nul entre soi ronronnant. J'y ai vu de l'huile de coude. Des investissements sur fond propre. Des nuits parfois blanches. Je relève la tête et je ne vois autour de moi que des mères de famille monoparentale qui font des ménages et des jardins pour tenir, à qui on annule le travail. De jeunes acteurs talentueux qui devenu père de famille ne savent plus tenir. Et se recasent... Je regarde et lis du mieux que je peux l'article. J'y vois l'espoir d'une réduction à un mètre de distanciation... Mais Quand? Pour qui?"

A nos confrères de la RTBF, le directeur du théâtre de Namur ironise: "Je demande que mon théâtre soit traité comme un Boeing A380, déclare non sans une pointe d'ironie Patrick Colpé, le directeur du théâtre de Namur. "Je pourrais ainsi remplir ma salle de 800 places...", avance celui qui demandera une dérogation au bourgmestre de Namur en charge de la culture.

"Pour nous, ces normes sont mortelles. Appliquées strictement cela réduit la jauge à moins de 200 personnes, dans une salle de 800 places ! Cela ne ressemble à rien, ce n'est pas ça le théâtre ! Sans compter que c'est une ruine économique. La plupart des spectacles au programme de cette nouvelle saison nécessite beaucoup plus de spectateurs pour rentrer dans nos frais. Nous risquons de perdre énormément d'argent."

Dans le secteur du cinéma, qui semble pourtant regardé avec envie par d'autres acteurs culturels, la situation n'est pas plus viable. Certes, les cinémas peuvent ouvrir, mais les spectateurs ont peur et ne font pas forcément le déplacement, d'autant que les studios ont reporté la sortie des gros films, ceux qui attirent le public en masse. L'espoir est cependant de mise avec la réduction de la distance de sécurité à un mètre (174 personnes au lieu de 100 dans la grande salle du Cameo) et la sortie de Tenet, le dernier film de Christopher Nolan

Réponse la semaine prochaine et débat attendu au conseil communal mardi puisque le bourgmestre est en vacances cette semaine, remplacé dans ses fonctions par la première échevine Patricia Grandchamps.