Marcel (prénom d’emprunt), est accusé d’avoir réalisé de fausses déclarations en vue de bénéficier des allocations de chômage. En septembre 2019, ce dernier s’est lancé comme indépendant dans le secteur de la restauration dans la région d’Andenne. Une prime Tremplin lui a été refusée car il ne possédait pas les connaissances de base pour exercer la profession dans notre pays. Il a alors déclaré avoir cessé cette activité et a commencé à percevoir le revenu d’intégration sociale.

Lors de 4 contrôles réalisés à quelques mois d’intervalle, notre homme a été observé en plein travail dans un snack par les inspecteurs de l’Onem : en train de porter des cartons, de prendre des commandes ou de couper des oignons.

Marcel est formel : ce n’était pas lui. Le prévenu, confus, affirme qu’il était au Maroc, puisqu’il suivait des études au moment des contrôles. L’auditorat du travail requiert à son encontre une peine de travail de 80 heures et la restitution de 15.384 euros d’allocations indûment perçues. Le 12 janvier prochain, il devra prouver que ce n’est pas lui qui a été contrôlé.

JVE