Namur Un couple agressé par des migrants ? Certains évoquent une mise en scène.

Depuis la publication sur Facebook d’un post et de photos expliquant qu’un couple de Spy aurait été agressé par des migrants en transit, les commentaires affluent. Et pas toujours dans le sens voulu par ceux qui se disent victimes de ces actes de violence.

Ainsi, une dame explique qu’elle était présente au moment des faits. Selon elle, trois jeunes migrants attendaient le bus quand ils ont été verbalement agressés par le tenancier de la friterie voisine. Un des migrants, qui parlait un peu le français, aurait répondu simplement à ce monsieur qu’il ne s’adressait pas à lui et à ce moment, un autre homme est sorti de la friterie. A deux, ils s’en sont pris physiquement aux jeunes et ont tabassé l’un des trois. La dame qui fournit ce témoignage aurait alors appelé la police. Avant l’arrivée de la police, un des deux agresseurs aurait déchiré le t-shirt de l’autre pour faire croire que c’étaient eux les agressés. Cette version des faits aurait été corroborée par au moins un autre témoin et a été rapportée à la police locale par cette dame qui par ailleurs donnait sa version à visage découvert sur le célèbre réseau social.

D’autres sont troublés par un fait bizarre : plusieurs photos publiées montrent que l’homme a effectivement son t-shirt déchiré mais qu’on ne voit pas la moindre trace de coup, ni même la moindre rougeur sur son torse, ses bras ou sa figure. Difficile à expliquer. Autre élément qui jette le trouble : pourquoi la compagne du soi-disant agressé, après avoir publié un texte et des photos sur Facebook dénonçant l’attaque dont ils ont été victimes a-t-elle retiré ce post ? Alors qu’elle promettait expressément que l’affaire n’en resterait pas là ?

Reste maintenant à savoir si cette manifestation aura bien lieu dimanche. Aucune demande d’autorisation n’a été introduite à la commune, nous confirme Stéphanie Thoron, la bourgmestre. Mais un petit tour du côté de l’extrême-droite sur les réseaux sociaux montre que celle-ci mobilise à tout va.

Non, ils ne sont pas tous racistes à Spy

Voici donc une affaire rondement montée en épingle. Des gens se disent, sur Facebook, agressés par des migrants. Un groupe de soutien Spy en colère se crée sur le même réseau et illico une brave dame, Valeria Appeltants, dans une vidéo, appelle à une manifestation. Ce n’est pas vraiment une inconnue, c’est elle qui a organisé la venue très médiatisée de Théo Francken à Verviers. Un petit coup d’œil sur ses amis Facebook est également révélateur : pratiquement tous les leaders des groupuscules de l’extrême droite bête et méchante en font partie. Belle opération de communication. Parce que même si un migrant avait agressé quelqu’un, on ne pouvait pas jeter l’opprobre sur l’ensemble d’une communauté. Oui, Spy est en colère. Mais pas pour les mêmes raisons. Certains le sont parce qu’ils se sentent envahis par les migrants. D’autres, nombreux, ne peuvent accepter la manipulation qui a été montée ces derniers jours. Ceux-là tentent d’aider, par différents moyens et avec générosité, ceux qui sont en difficulté et qui transitent par notre pays dans l’espoir d’un monde meilleur. Ils ne veulent pas voir des milices fascisantes dans leur commune. Mais ce dimanche, si manifestation il y a, ils ne répondront pas à la provocation.

Patrick Lefèbvre