Namur Le bourgmestre d’Andenne souhaite éviter d’imposer un couvre-feu à cause de cette bande urbaine

Depuis l’été 2018, une bande de jeunes pose problème à Andenne, comme l’a signalé sur sa page Facebook le bourgmestre Claude Eerdekens. "C’est le moment où ils ont commencé leurs agissements délictueux. Ils se sont un peu calmés en hiver mais depuis le printemps, les désagréments sont quasi systématiques les nuits de vendredi à samedi et de samedi à dimanche."

Le bourgmestre d’Andenne n’hésite pas à parler de bande urbaine. "Ils ont de 13 à 17 ans. Il s’agit d’une vingtaine de jeunes qui sont en rupture scolaire et qui jouent les caïds, ils se montrent menaçants et violents. Pour certains, la drogue fait partie de leur quotidien, pour d’autres, c’est l’alcool ou les deux."

Des agressions physiques ont déjà eu lieu. Claude Eerdekens évoque aussi d’autres faits précis. "Le CPAS a dû faire appel à une société de gardiennage car il est déjà arrivé que cette bande envahisse la maison de repos et de soin et en trouble la quiétude. Pas plus tard que vendredi vers 17 h, ils ont dégradé un véhicule communal transportant du courrier de bureau à bureau, des coups ont été donnés dans les rétroviseurs et dans le pare-chocs."

Pour le bourgmestre d’Andenne, la mise en place d’un couvre-feu est une éventualité à ne pas exclure. "Si ce type de fait se répète, c’est une décision qu’il faudra prendre dans les 15 jours. C’est prématuré à ce stade et je voudrais l’éviter, mais si c’est nécessaire, je le ferai."

En juin2013, Claude Eerdekens avait instauré un couvre-feu en urgence ainsi que l’interdiction de la vente d’alcool durant les nuits de week-end dans la commune à la suite de plusieurs faits de violence.

Le conseil communal d’Andenne a voté en avril 2014 l’interdiction aux magasins de nuit de vendre des boissons alcoolisées supérieures à 22 degrés après 18h00 et de toute boisson alcoolisée après 20h00, à la suite d’agressions qui avaient eu lieu dans le centre-ville d’Andenne.

En 2017 également, les rassemblements de plus de 5 personnes ont été interdits à Andenne en raison du nombre d’agressions en augmentation. Certains cafetiers s’étaient sentis discriminés.

Le bourgmestre d’Andenne, par ailleurs avocat, a un avis bien tranché sur la justice, avis qu’il a développé sur son compte Facebook. “Face aux agissements de ces voyous, nous sommes en Belgique dans un pays de fous où l’autorité communale est désarmée. Ces jeunes qui commettent délits relèvent d’une loi de 1965 qui s’appelle très curieusement la loi sur la protection de la jeunesse comme si les jeunes délinquants étaient des victimes de la société. Passons sur le laxisme de cette loi qui est d’application… Le Pays qui est le nôtre, par des lois successives, oblige les communes à financer la Police locale tout en ayant pris soin d’interdire aux autorités communales d’avoir quelqu’autorité que ce soit sur les activités judiciaires de la Police. C’est finalement le laxisme de la société et de la répression qui sont en cause et non l’autorité communale, ni nos policiers souvent découragés devant l’absence de fermeté de la Justice.

Claude Eerdekens poursuit : “Le pouvoir judiciaire souffre aussi d’un sous-financement évident du Gouvernement fédéral, ce qui altère son efficacité. Il faut rapidement un sursaut des autorités judiciaires, notamment du Parquet de la Jeunesse pour mettre fin à la situation inadmissible vécue à Andenne certains soirs. A certains moments, je rêve de disposer légalement du pouvoir dont disposent les maires aux USA. Si tel était le cas, je serais en mesure de prendre mes responsabilités et les problèmes dénoncés ne se poseraient plus.