L'audience correctionnelle du tribunal de Dinant de ce mercredi matin était essentiellement consacrée aux affaires de violence conjugale. Parmi celles-ci : celle concernant un quadragénaire, alcoolique, qui avait la main lourde lorsqu'il était sous influence.

Le premier fait remonte à septembre 2015, à Doische. L'homme n'a pas apprécié que sa compagne fouille dans son téléphone. Il l'a giflée. "Une fois". Deux fois, selon la victime qui reste, cinq ans après les faits, encore sous le choc et suit toujours un traitement psychologique.

Les autres faits pour lesquels le prévenu est poursuivi concernent une autre de ses anciennes compagnes. Cette fois, c'était à Namur. Le 26 juin 2018 après une qualification des Diables Rouges lors de la dernière Coupe du Monde de football, le prévenu a embouti la voiture de sa belle-sœur alors qu'ils défilaient dans les rues de Namur. Les différents membres de la famille se sont embrouillés. La compagne du prévenu a reçu des coups. « Tout le monde s'était mis sur moi, je me suis défendu », a expliqué l'intéressé.

Un an plus tard, c'est à leur domicile que les violences ont eu lieu, après une soirée arrosée au restaurant et au café. Les deux fils de la victime ont voulu s'interposer et auraient, eux aussi, reçu des coups. Le dernier fait remonte quant à lui au 26 janvier dernier, dans une brasserie du centre de Namur. La victime a été rossée dans les toilettes de l'établissement. « Je faisais un malaise. Je l'ai suivie aux toilettes pour lui dire mais elle m'a dit qu'elle s'en foutait. Elle s'est cognée », a-t-il précisé. Les photos ne laissent cependant guère de place au doute. « Madame aurait été dans le même état après un combat contre Mike Tyson », a déclaré le président.

Tous ces faits ont été commis alors que le prévenu, qui a déjà deux antécédents pour des violences conjugales, était sous l'influence de la boisson. Dix-huit mois de prison avec sursis probatoire ont été requis par le parquet de Namur.