Depuis février 2019, les patients accueillis pour une chirurgie de la main au CHR Sambre et Meuse de Namur se rendent au bloc opératoire débout. Leur retour à leur chambre se fait également en marchant. Après une période d'essai d'un an, l'hôpital a dressé lundi un bilan très positif de cette nouvelle approche, qui pourrait être étendue à d'autres interventions. Sur plus de 1.500 patients pris en charge, 92% se sont dits très satisfaits de leur expérience. Ils sont aussi 90% à avoir pu se passer d'anxiolytiques avant leur opération.

"L'hospitalisation debout" permet au patient de devenir acteur de sa prise en charge et diminue donc son stress. Elle permet aussi d'améliorer la relation avec les soignants et de démystifier la chirurgie, tout en réduisant le temps d'attente, selon le corps médical. Alors que le patient revenait dans sa chambre en moyenne trois heures après l'avoir quittée, cette durée a pu être réduite à 1h41, ce qui permet aussi au CHR d'améliorer sa productivité.

En prime, habillé d'un pantalon et d'une blouse semblables au personnel, le patient se sent plus digne qu'avec une robe de chambre traditionnelle.

Cette nouvelle approche opératoire est également bénéfique pour le corps médical. Sa charge de travail est diminuée, le service est plus fluide et le risque d'accidents de travail amoindri. Sur le plan humain, le brancardier voit aussi son rôle évoluer. Il peut davantage se concentrer sur sa relation avec le patient et n'a pas à se frayer un chemin dans les couloirs et ascenseurs.