La cour d’appel de Liège a condamné Mohamed Laraboui, 63 ans, à quatorze ans de prison ferme pour avoir participé à de violentes prises d’otages commises lors de l’évasion de la prison d’Andenne. En effet, l’homme est déjà bien connu des autorités belges pour des faits de grand-banditisme, mais pas seulement. Ainsi, il a notamment été condamné par un arrêt en 2002 en France. 

Devant la cour d’appel de Liège, il devait répondre de faits commis le 9 octobre 2011 au sein de la prison d’Andenne. Certains détenus ont fait diversion pendant que quatre autres dont, Mohamed Larbaoui, prenaient en otage deux gardiennes. Une des victimes a été poussée au sol et l’autre maintenue en respect avec un couteau pointé contre la gorge. Les malfrats se sont fait ouvrir les portes de la prison avant de prendre la fuite avec une des surveillantes prises en otage. 

Une course-poursuite a débuté avec la police. Les fuyards se sont arrêtés dans un restaurant. Sur place, ils ont pris en otage une autre dame à l’aide d’un couteau. Ils ont forcé celle-ci à prendre son véhicule pour les emmener. Lors des faits, l’agent pénitentiaire a été blessée à sang coulant à la main en tentant de diminuer la pression que les auteurs exerçaient avec un couteau sur son cou. Les victimes de ces faits gardent des séquelles à la suite de leur agression. Mohamed Larbaoui est en aveux sur la matérialité des faits, mais a donné son explication. “J’étais à ma 21e année de détention consécutive. Je regrette ce que j’ai fait. Au moment où j’ai fait cela, j’étais dans un état où il fallait que je sorte de prison.” La cour a également prononcé l’arrestation immédiate du condamné.