Namur

3 personnes sous mandat d'arrêt : elles nient, l'enquête se poursuit

L'enquête sur le crime sordide de Forzée (Rochefort) a avancé à très grande vitesse, mercredi et jeudi, grâce à la collaboration entre la justice namuroise et son homologue du Limbourg, dont sont originaires les protagonistes. En effet, trois suspects ont été interpellés et placés sous mandat d'arrêt pour le meurtre de Hilal Makhtout, cet homme de 33 ans originaire de Genk, dont le corps avait été découvert mercredi matin par le propriétaire d'un gîte.

Le suspect principal dans l'affaire est Yassine A.A., le colocataire de la victime. Il nie à ce stade d'avoir enlevé et tué Hilal Makhtout. Il dit ne rien avoir à voir avec le décès, selon son avocat et il aurait un alibi. Il évoque un passage dans une pompe à essence et un moment passé dans une maison de jeunes. Ce que le parquet doit vérifier. Le frère de Yassine a aussi été arrêté. La troisième personne, également la vingtaine, serait d'origine italienne.

Le parquet a requalifié les faits en assassinat. L'autopsie devrait permettre de démontrer si Hilal a été tué dans le gîte à Forzée ou bien à un autre endroit, avant d'arriver à celui-ci. Les enquêteurs recherchent encore d'autres suspects, du Français et du néerlandais parlé avec un accent hollandais ayant été entendus par l'ami enlevé puis relâché.

Selon des sources proches de nos confrères de Het Laatste Nieuws, que le parquet de Namur n'a voulu ni confirmer, ni infirmer, instruction oblige, les faits seraient liés à une dette d'un montant de 15.000 €. Celle-ci arait été contractée à cause d'une dépendance au jeu, dette qu'il remboursait en vendant de la drogue. Parmi les suspects, deux hommes seraient des frères qui habitaient ensemble avec la victime, à Genk. Selon Het Belang Van Limburg , la victime aurait été brûlée avec un fer à souder.

La victime avait, pour rappel (La DH de jeudi), été retrouvée ligotée. Son corps sans vie portait des traces de coups et de brûlures. En revanche, les trois personnes à qui Hans Van Leeuwen avait loué son gîte avaient disparu, focalisant sur elles toute l'attention des enquêteurs de la police judiciaire fédérale (PJF) de Dinant.

Si le parquet de Namur se refusait à tout commentaire, jeudi, alors que l'autopsie du corps a été pratiquée dans l'après-midi, nos confrères de Het Laatste Nieuws ont appris que cette sombre affaire avait débuté samedi, déjà. "Selon la sœur de la victime, son frère était à la maison avec un ami samedi quand 3 ou 4 hommes masqués ont fait irruption, l'un étant armé d'une Kalachnikov, l'ont attaché et l'ont frappé à la tête avec un marteau", écrivent nos confrères. "Ils ont réclamé le silence de la personne présente, la menaçant de s'en prendre à elle aussi, avant de la relâcher après l'avoir enlevée durant quelques temps."

Le procureur du Limbourg, qui enquête sur les faits avec la police judiciaire de Dinant, a donc arrêté trois suspects âgés d'une vingtaine d'années dans le Limbourg. Ils ont comparu devant le juge d'instruction de Tongres, qui a décidé de les placer sous mandat d'arrêt. Ils doivent comparaître devant la chambre du conseil ce vendredi. La police judiciaire fédérale du Limbourg mène l'enquête en collaboration avec la zone de police de CARMA et la police judiciaire fédérale de Dinant.