La cour d’assises de Namur a poursuivi mardi le procès de Styven Cumero, né en 1991, accusé du meurtre de Jeanette Katzenberg, née en 1978, commis dans un lieu indéterminé à une date comprise entre le 24 et le 29 juillet 2015.

5 témoins ont fait défaut devant la cour mercredi matin. Des déclarations d’une ancienne prostituée, il ressort qu’il n’était pas de coutume pour les prostituées de Charleroi de se rendre en-dehors de la ville pour travailler, toutes se sont dites étonnées d’apprendre la présence du corps de Jeanette Katzenbourg dans la région de Floreffe, région où résidait Styven Cumero et où la victime n’avait aucune habitude.

Jeanette Katzenberg a été décrite comme une personne naïve, qui faisait profiter les autres de l’argent qu’elle gagnait. Axel B, un de ses amis, a eu des contacts avec la victime jusqu’au 25 juillet en début d’après-midi. “Nous nous étions appelés et avions échangé des sms le 24 également. Elle me demandait de l’argent et elle voulait que je vienne à Charleroi, pour acheter son alcool et sa drogue, elle avait l’air saoule et pressée. J’ai refusé et elle me disait qu’elle allait se suicider, je ne voulais pas qu’elle fasse de bêtise. Elle ne m’a pas parlé de menaces ou d’une situation de danger imminent. Elle m’a dit qu’elle allait partir travailler