"Michaël Brohé est lui-même choqué par son acte, il dit fréquemment qu’il se dégoute et qu’il ne se savait pas capable de tels faits"

Le procès de Michaël Brohé et Stéphanie Schlamp, accusés d’assassinat et de tentative d’assassinat sur Robert Robert et Prescillia Greuse à Walcourt le 14 novembre 2017 a débuté lundi devant la cour d’assises de Namur par la lecture de l’acte d’accusation par l’avocat général Barbara Marganne. Celui-ci s’est terminé par la lecture de l’enquête de personnalité relative aux victimes et aux accusés.

L’avocate de Michaël Brohé, Me Aline Fery, a rappelé qui étaient les accusés, à savoir un couple marié, parents d’enfants de 6 et 3 ans. « Rien ne prédestinait Michaël Brohé à commettre de tels faits, il n’a pas d’antécédents. Il a tout de suite reconnu la matérialité de son acte, c’est lui qui a appelé les secours. Il est lui-même choqué par son acte, il dit fréquemment qu’il se dégoûte et qu’il ne se savait pas capable de tels faits. Il a 37 ans, c’est un bon père de famille qui a travaillé toute sa vie mais a cédé à la tentation de la drogue. »

© Belga