La cour d’assises de Namur a poursuivi jeudi le procès de Xavier Van Dam, accusé de séquestration, viol, et assassinat sur Wivinne Marion, le 1er novembre 2018 à Namur.

Plusieurs témoins ayant eu des contacts avec Van Dam le soir des faits ont été entendus. Notamment des jeunes filles qui ont bu des verres avec l’accusé avant la soirée de Meux, ainsi que certaines qui ont été accostées par Van Dam durant la soirée.

De ces témoignages, il ressort que l’accusé a demandé à de nombreuses jeunes femmes si elles étaient célibataires, leur proposant de les raccompagner après la soirée. "Il parlait normalement, n’avait pas l’air ivre, il ne titubait pas. Nous avons été étonnées car à 4 h du matin il était encore bien éveillé et en forme et voulait même faire une after. Nous nous sommes dit qu’il avait consommé autre chose que de l’alcool". Des déclarations qui prennent tout leur sens alors que Van Dam affirme avoir été victime d’un trou noir en fin de soirée vers 5h, avant de se réveiller sur un parking à Onoz vers 10h et de découvrir le corps de Wivinne Marion dans le coffre de sa voiture.

D’autres jeunes filles déclarent : "Il était lourd et collant, il regardait dans les décolletés. Il avait quelque chose dans les yeux qui ne donnait pas envie de partir avec lui en toute confiance." Une autre témoin explique : "Son regard n’était pas normal et insistant. Il m’a demandé si j’étais en couple, si mon compagnon était présent, où on habitait. Son regard était louche, je ne me suis pas sentie à l’aise et j’ai demandé à mon amie qu’elle reste près de moi". Une autre participante à la soirée déclare que Van Dam lui a proposé de la drogue.

Van Dam s’est rendu dans une station-services de Malonne. La caissière déclare : "Il était normal, poli, s’exprimait correctement, n’a pas titubé."