La cour d’assises de Namur a condamné vendredi Lonnie Meunier à une peine de 23 ans de réclusion pour homicide volontaire avec intention de donner la mort sur Marie-Claire Wauthier.

Dans son arrêt, la cour a tenu compte de la gravité extrême des actes posés, du fait que l’accusé ait agi de sang-froid et avec efficacité, au mépris de la vie de la victime, décédée de mort violente. L’absence d’antécédent, l’absence d’un milieu parental cadrant et les perspectives de réinsertion de l’accusé ont aussi été prises en compte.

L’avocat général Goblet avait requis plus tôt dans la journée une peine de 25 ans de réclusion à l’encontre de l’accusé alors que ses conseils demandaient à ce que la peine prononcée ne dépasse pas les 12 années de prison.

Dans son arrêt concernant la culpabilité, la cour d’assises estimait que l’intention homicide était bien établie et que les déclarations faites par Lonnie Meunier suite au déroulement des faits sétaient en contradiction avec les éléments objectifs du dossier et donc non crédibles. Pour la cour, les faits qui se sont déroulés ce jour-là à Gembloux, ont dépassé les limites qui avaient été fixées par Marie-Claire Wauthier concernant certaines pratiques sexuelles dans les échanges de mails qu’elle avait eu avec l’accusé. La cour estime qu’en l’attachant et en la baillonant comme il l’a fait et en l’étranglant en plus, il ne pouvait que tuer sa victime La cour a en effet également estimé que Lonnie Meunier a bien étranglé Marie-Claire Wauthier. Il est aussi reconnu coupable de l’incendie du bâtiment de la rue Gustave Docq et du vol de la carte bancaire qui se trouvait chez la victime.

Le samedi 3 juin 2017, Marie-Claire Wauthier, 59 ans a été découverte au n° 8 de la rue Gustave-Docq à Gembloux par les pompiers de la Zone de police Nage. Bâillonnée, ligotée aux poignets et aux chevilles et attachée à son lit. L’autopsie a confirmé que la victime est morte étouffée et étranglée. Pour faire croire à un vol, Lonnie Meunier, un jeune père de famille de Chiny, lui a volé sa carte de banque et a bouté le feu au matelas. Il avait été identifié grâce aux caméras de surveillance de l’immeuble gembloutois.