La cour d’assises de Namur a condamné vendredi Luc Nam à 25 ans de prison pour le meurtre de Marielle Tournay, commis à Assesse le 28 novembre 2019, dont il avait été reconnu coupable jeudi.

Dans son jugement, le tribunal ne retient pas de circonstances atténuantes au meurtrier, estimant qu’il avait tout en main pour mener une vie dans la norme et qu’il n’a pas saisi les chances qui lui avaient été accordées. La nature terriblement violente des faits, le mépris pour le respect de la vie humaine, le lourd contexte de violence et d’emprise envers et sur la victime sont soulignés, tout comme le non-respect des mesures probatoires qui lui avaient été accordées et la personnalité borderline et antisociale de Nem.

Plus tôt dans la matinée, Me Sine, conseil de Luc Nem, avait demandé aux jurés de prononcer une peine maximale de 15 ans à l’encontre de son client. « Une peine de 25 ans serait injuste et sèmerait le désespoir chez celui-ci. »

L’avocat général Kerkhofs avait requis une peine de 25 ans de prison à l’encontre de Nem, demandant aux jurés de ne pas descendre en-dessous de 20 ans de réclusion. Elle avait notamment évoqué la personnalité borderline de celui-ci et le risque de récidive, les nombreuses mises en garde que lui avait adressé la justice ou le fait qu’il se serve de son alcoolisme comme excuse.