La cour d’assises de Namur a poursuivi vendredi le procès de Xavier Van Dam, accusé de séquestration, viol, et assassinat sur Wivinne Marion, le 1er novembre 2018 à Namur.

Les collègues de travail de Wivinne Marion, pédiatre en néo-natologie au CHR de Namur ont pris la parole. Médecins et infirmières ont décrit la victime dans son travail. « Elle avait un réel enthousiasme et toute la rigueur requise. Elle avait une grande envie d’apprendre et de se perfectionner, elle était très impliquée. Elle faisait preuve d’une grande empathie. Son décès a été une catastrophe, notre service a été tétanisé suite à celui-ci. » Une autre collègue poursuit : « Elle était joviale et brillante, toujours de bonne humeur, elle faisait l’unanimité, elle est infiniment regrettée, elle était une bouffée d’oxygène pour l’équipe. Elle était, de plus, une mère entièrement dévouée. Le service a été anéanti par son départ. »

Une infirmière précise : « Elle ne faisait pas de différence entre les médecins et les infirmières, nous étions une équipe. Elle irradiait, elle était charismatique. On a l’impression d’avoir perdu quelqu’un de notre famille. Voire son bureau vide et ne plus échanger avec elle, c’est très difficile. »

Au moment de son décès, Wivinne Marion était à l’arrêt, en pleine réflexion au sujet de son avenir professionnel, désirant se recentrer sur sa famille et privilégier sa qualité de vie et développer sa passion pour la couture