La cour d’assises de Namur a poursuivi vendredi le procès d’Erhan Murat, 46 ans, accusé du meurtre de Raphaël Warnant, 34 ans, commis à Vitrival, dans l’entité de Fosses-la-Ville, le 14 septembre 2018.

La journée a débuté par les répliques faisant suite au réquisitoire et aux plaidoiries qui sont intervenus jeudi.

Me Fery, avocate de celle qui était la compagne de Raphaël Warnant au moment des faits, a réaffirmé l’intention homicide dans le chef d’Erhan Murat : « 8 coups ont été donnés avec un couteau de boucher de 30 centimètres qui a pénétré de 10 centimètres dans le coeur de la victime, qui est décédée d’une agonie rapide. Une force considérable a été employée pour y parvenir, l’accusé n’a laissé aucune chance à la victime, la mort était certaine et inévitable. C’est ainsi qu’Erhan Murat a brisé 3 vies. »

Et Me Bernès d’ajouter. « La scène a duré seulement 4 minutes, une belle preuve de la détermination pour tuer, après que Murat ait déclaré à Warnant : « Toi, restes ici et tu vas voir. ». Durant cette scène , Raphaël Warnant n’a commis aucune infraction, contrairement à l’accusé, qui s’est armé, pour le tuer, d’un couteau de boucher. Il s’est donc mis en situation pour commettre une infraction qui s’est révélée être un carnage. » Concernant l’intention de donner la mort, Me Bernès relève également que Murat est parti en laissant Warnant baigner dans son sang. Et de conclure : « Si vous les jurés, retenez la provocation dans le chef de Raphaël Warnant, comment expliquer aux proches de Raphaël que ce qui lui est arrivé est de sa faute, qu’il a provoqué Murat et que la réaction de ce dernier était légitime ? »

L’avocat général Kerkhofs relève qu’un des témoins de la scène a vu Murat avancer avec son couteau vers la victime et que c’est donc bien lui l’agresseur. Elle souligne aussi le fait que les coups de couteau de Murat étaient totalement disproportionnés par rapport à l’arrivée de Warnant, non armé, dans son café.

Me Mayence, conseil de l’accusé, estime que, dans ce dossier, l’intention homicide fait défaut. « Mr Murat a utilisé le couteau pour se dégager de son agresseur, dont il n’a pas voulu la mort. Il était chez lui, dans son café, et n’avait rien demandé à personnes. »

L’accusé a eu la parole en dernier : « Je regrette pour la famille, à aucun moment je n’ai demandé que cela se passe comme cela. »

Les jurés ont entamé la délibération sur la culpabilité d’Erhan Murat peu avant 11h.