La cour d’assises de Namur a poursuivi mardi le procès d’Erhan Murat, 46 ans, accusé du meurtre de Raphaël Warnant, 34 ans, commis à Vitrival, dans l’entité de Fosses-la-Ville, le 14 septembre 2018.

La matinée a été consacrée à l’audition des témoins directs des faits. La cour a du constater l’absence de plusieurs de ceux-ci, notamment celle de David T. Ce dernier a affirmé s’être rendu à Vitrival le jour des faits avec Raphaël Warnant et Jérôme F. pour réclamer à Erhan Murat une somme de 2000 euros qu’il avait confiée à l’accusé quelques mois auparavant pour lui fournir du cannabis. Ce que réfute Murat, qui déclare ne pas vendre de drogue.

Présent dans le véhicule de Raphaël Warnant au moment des faits, Jérôme F. affirme qu’il ne savait pas où ils allaient ce jour-là. "Nous devions à la base juste aller faire le plein. Nous nous sommes retrouvés devant le café Les Dsiettes, mais je ne savais pas ce qui se passait. David T et Raphaël sont sortis pour parler au patron puis sont revenus dans la voiture. Raphaël m’a ensuite demandé de faire demi-tour et de me garer et est retourné dans le café. Il m’a dit de rester dans le véhicule car j’ai des enfants. Un peu de temps a passé et il ne revenait pas. J’ai su qu’il s’était passé quelque chose et je suis parti."

Andy G était pour sa part présent dans le café au moment des faits. Interrogé après-ceux-ci, il avait déclaré que le patron, Erhan Murat, avait donné 2 ou 3 coups de couteau à Raphaël Warnant, ajoutant : "On voyait qu’il voulait le tuer". Interrogé ce mardi, il a affirmé ne pas se souvenir de ces déclarations, ne pas avoir vu les coups de couteau et avoir juste donné sa ceinture pour faire un garrot à la victime blessée et souffrir de problèmes de mémoire.

Interpellée par l’absence de témoins et par les variations dans les déclarations de certains, l’avocat général Kerkhofs a ensuite demandé à Andy G si il avait eu des contacts avec la famille Murat, laissant sous-entendre que le témoin aurait pu subir des pressions de la part des proches de l’accusé. Me Mayence, avocat d’Erhan Murat, a qualifié ces insinuations de "désagréables". "Il n’ y a pas eu de contact entre la famille Murat et les témoins."