Le 16 juin 2018 vers 1h30 du matin, des clients d’un bistrot de Nismes ont eu une altercation avec un automobiliste. Ce dernier est poursuivi devant le tribunal correctionnel pour coups et blessures. Dix mois avec sursis probatoire ont été requis à son encontre par le parquet de Namur.

L’auteur des faits reconnaît bien qu’il a porté un coup. Mais il évoque la légitime défense. "J’étais en voiture accompagné d’un ami lorsque j’ai été surpris par des travaux. J’ai freiné brusquement et j’ai calé. Quatre personnes sont alors sorties de ce café, ils me reprochaient de rouler vite et d’avoir fait des freins à main."

À partir de ce moment, les versions divergent. Coté prévenu, on indique avoir été frappé avec un objet métallique, sans doute un coup-de-poing américain. "J’ai eu une fracture du plancher orbital. Je me suis défendu en donnant également un coup." Son avocat précise que l’homme était seul face aux quatre clients du café. Mais ceux-ci disent qu’ils n’ont pas eu l’occasion de discuter que l’automobiliste frappait déjà.

Le parquet de Namur souligne que peu avant les faits, la police avait déjà été avisée d’un rodéo urbain. "Il a même failli percuter une voiture en stationnement. Et plusieurs traces de pneus ont été constatées devant le café." Le prévenu, qui a un antécédent pour des vols, est par ailleurs connu du ministère public pour de nombreux faits de coups, qui n’ont pas fait l’objet de poursuites judiciaires. Jugement le 21 juin.