Les frères Bertholet investissent 4 millions dans l’extension du restaurant et de l’hôtel.

Depuis 1946, date à laquelle Léopold Bertholet a racheté un ancien wagon de chemin de fer pour le transformer en friterie, l’activité familiale s’est considérablement développée et ce n’est pas fini !

Vendredi, Grégory et Arnaud, les petits-fils de Léopold, ont présenté, par le biais d’un teasing placé sur la façade de l’ancien magasin Esprit, leur projet d’agrandissement. "Nous avons acheté ce bâtiment voisin à Jean-Pierre Lutgen (voir ci-contre) avec l’objectif d’ajouter au restaurant de 250 places 50 couverts et à l’hôtel, 30 chambres ", expliquent-ils.

"Ce projet porte également sur l’aménagement de salles de séminaire et, à l’arrière du bâtiment, d’un parking de 40 places et d’une terrasse avec patio."

Cet investissement de 4 millions d’euros poursuit plusieurs objectifs. "Nous voulons donner plus d’aise et de confort à nos clients en apportant un peu plus de flexibilité au niveau des horaires", précisent-ils. "Ainsi, il est prévu, à titre d’exemple, d’ajouter aux services de 12 h 45 et de 13 h 45, le dimanche, un nouveau service à 13 h 15."

Les patrons du Wagon Léo souhaitent, par ailleurs, accueillir les groupes dans de bonnes conditions. "Actuellement, nos 15 chambres ne suffisent pas pour accueillir des grands groupes. L’hôtel de 45 chambres, qui devrait être opérationnel l’an prochain, nous permettra de répondre à la demande des touristes qui se déplacent en autocar."

Dans l’ancien magasin, les travaux de démolition ont débuté. L’aménagement du restaurant au rez-de-chaussée mobilisera les entrepreneurs pendant toute l’année 2017. "La jonction entre les deux bâtiments se fera au cours du mois de fermeture, fin 2017, début 2018. Les deux bâtiments n’en formeront plus qu’un seul avec une unité en matière de décoration qui restera centrée sur le thème du chemin de fer."

Cet ambitieux projet est porteur en termes d’emplois. L’équipe composée actuellement de 57 personnes sera étoffée, à l’horizon 2018, d’une petite dizaine d’employés.