Des riverains se plaignent de nuisances sonores. Ils demandent que les locaux soient mieux isolés.

Des riverains de salles de sport se plaignent de nuisances sonores à Bastogne. "Le niveau sonore est trop élevé lorsque des activités sportives se déroulent pendant la journée : nous entendons la musique et les basses dans notre salle de séjour comme si nous étions dans la salle de sport", déplore une voisine du Golden Gym. "Nous avons alerté à plusieurs reprises l’agent de quartier à ce sujet mais l’exploitant ne prend aucune mesure pour limiter les nuisances. Nous déménagerons si rien ne change."

L’exploitant de la salle de sport indique, pour sa part, qu’il respecte les normes en vigueur et qu’il n’a rien à se reprocher. Le problème de nuisances sonores se pose également aux abords de la salle Vital Gym, route de Marche-en-Famenne.

"Le bâtiment n’est pas équipé de la climatisation", explique une riveraine. "Lorsque des cours collectifs s’y déroulent, le gérant ouvre les fenêtres et l’on entend la musique sur la terrasse et dans le jardin. Ces activités portent atteinte à la tranquillité du quartier."

Certains riverains estiment que ces salles de sport trop bruyantes n’ont pas leur place dans les quartiers résidentiels. "Je peux suivre le cours de gym, dans mon salon, gratuitement", relève un riverain. "Je ne demande pas l’arrêt de l’activité mais que des mesures soient prises pour éviter de troubler le voisinage. Des travaux d’isolation acoustique devraient être réalisés."

Le patron de Vitalygm précise qu’il a déjà reçu des plaintes de riverains, par le passé, mais que, depuis, il a pris les mesures qui s’imposent. "Le problème s’est posé, une fois, avec un moniteur qui avait mis la musique à fond. Nous avons tenu compte des réactions des riverains et, par la suite, tout est rentré dans l’ordre", conclut-il.

Le parquet du Luxembourg n’a, actuellement, été saisi d’aucune plainte. le bourgmestre Benoit Lutgen a demandé aux services communaux de vérifier le respect des obligations relativesà ce genre d’établissement et a sollicité la Région wallonne afin que des conditions particulières soient rapidement définies pour ce type d’activité.