Namur En vertu du principe de précaution, ils ont sensibilisé la population.

Les riverains du Chafour, à Assesse, ont invité les citoyens à se mobiliser dans le cadre d’une enquête publique relative à la création d’un parc éolien par la société Aspiravi.

Deux projets de deux éoliennes, soit 16 MW sont concernés : un rue du Chafour près de la ferme Fastré et l’autre rue des Fermes/Hameau, côté autoroute. "La production annuelle d’électricité verte serait estimée à environ 41 000 MWh, soit l’équivalent de la consommation de plus de 11 800 familles", explique Aspiravi.

Les riverains disent non à la prolifération anarchique des parcs éoliens dans leurs campagnes et mettent en avant la hauteur maximale de mâts : 185 mètres de hauteur, alors que le clocher de l’église du village s’élève lui à seulement 30 mètres de haut.

Les riverains mettent également en avant le balisage lumineux de l’éolienne et ses désagréments, l’effet stroboscopique des pales en plein dans l’axe du soleil. Ils évoquent aussi une exposition au bruit accrue, tout comme la dévalorisation de leur cadre de vie, mais aussi des terrains et habitations, tout comme de la future Zacc du Hameau. La dévalorisation de la zone agricole et touristique est également pointée du doigt.

Le peu d’intérêt pour les riverains est également évoqué. "Il s’agit d’un projet 100 % privé, qui ne présente aucun intérêt pour les riverains : la participation citoyenne est possible via l’acquisition de parts mais aucune compensation financière n’est prévue."

Autre argument : le plan de secteur utilisé pour le projet serait obsolète et les mesures erronées. "Le promoteur ne prend pas en compte les habitations de la rue du pré à l’Aune dont la vue plonge sur les potentielles éoliennes. Par ailleurs, s’il tient compte des 600 mètres de distance pour les zones d’habitat au plan de secteur, il ne le fait pas pour les habitants de Mière." "Dans l’incertitude, refusons l’irréversible", concluent les riverains.

L’étude d’incidence se déroulera à la fin de l’année.

JVE