Les vestiges du XVIe siècle découverts sur le chantier de rénovation de la Halle al'chair à Namur seront préservés et exposés aux visiteurs, a annoncé vendredi l'échevin du Patrimoine Tanguy Auspert, "afin de garder une trace tangible de cette époque de l'histoire", a-t-il indiqué. Les fouilles préventives effectuées depuis janvier sur l'important chantier de rénovation de la Halle al'chair, situé non loin du Parlement wallon en bord de Sambre, ont révélé des vestiges de la Renaissance et du Moyen-Âge.

"Étant donné l'importance des découvertes, il a été décidé de les mettre en valeur afin de garder une trace tangible de cette époque de l'histoire", a annoncé l'échevin du patrimoine de Namur Tanguy Auspert.

Les pavés de sol de l'ancienne boucherie, datant de la fin du XVIe siècle, seront ainsi extraits et mis en évidence au sous-sol, qui abritera à terme une salle polyvalente.

Le fragment d'un ancien rempart de la Ville datant de l'époque médiévale, indice d'un bâti antérieur à celui que l'on connaît, sera exposé à l'endroit de sa mise à nu. "Il a finalement été décidé de supprimer le local de réserve prévu afin de permettre une mise en valeur complète des vestiges", a expliqué M. Auspert.

La ville de Namur a estimé à 20.000 euros supplémentaires le coût des interventions pour valoriser tous les vestiges. Le coût total de rénovation de la Halle al'chair est estimé à environ 3 millions d'euros, dont deux-tiers subsidiés par la Région wallonne. Le bâtiment qui abrite le musée archéologique de la ville sera destiné, à terme, à l'accueil des touristes et du public scolaire notamment.