Namur

Deux policiers de Bruxelles-Capitale/Ixelles, François et Simon, sont soupçonnés d'avoir tabassé et humilié un voyageur de la SNCB, en février 2014 à Ciney. C'est en tout cas la version de la victime présumée, absente ce mercredi à l'audience.

L'homme, âgé de 34 ans au moment des faits, se trouvait dans le train 2115 de la ligne Bruxelles-Arlon le 28 février 2014. Après un incident avec le contrôleur, les deux policiers sont intervenus. « On était pratiquement arrivé à Ciney. J'ai essayé de calmer la situation », explique François lors de l'audience.

Sur le quai de la gare de Ciney se trouve également Christophe, un agent de Sécurail. Ce dernier, à la demande des policiers, passera les menottes au voyageur turbulent qui sera ensuite emmené dans un local à part, sur le site de la gare, en attendant la police locale. C'est là que la situation aurait dégénéré. Les déclarations divergent.

Selon la victime qui présentait une fissure costale et des fractures au niveau du nez, les policiers l'ont obligé à rester à genou, mains menottées dans le dos. Durant plusieurs minutes, il aurait reçu de nombreux coups de pied au visage. « J'ai arrêté de compter après dix », déclarait-il dans ses auditions. Ce que réfutent les policiers concernés. « Il était violent en se dirigeant vers le local. Si on l'a mis à genou, c'est pour éviter de recevoir des coups. C'est ce qui est prévu dans notre circulaire à Bruxelles. Dans le local, il a perdu l'équilibre et est tombé tête la première sur un radiateur », poursuit François. Une version confirmée par son binôme Simon. Mais aussi par l'agent de Sécurail. « Je n'ai pas vu tout ce qui se passait mais leur façon de faire ne m'a pas interpellé et je n'ai rien entendu qui pouvait correspondre à des coups de pied au visage. »

Le dossier a été reporté au 29 mai pour entendre le médecin légiste.