Namur Il a été victime d’un vol avec violence en pleine soirée.

Un Cinacien qualifié de fragile et simple d’esprit a été victime d’un vol avec violence, en mars 2017, à son domicile. Il était 21 h 20 lorsqu’un couple d’amis (Maximilien et sa compagne, mineure) a sonné chez lui. Il les a fait rentrer, mais ce qu’il ignorait, c’est qu’une troisième personne (Jacques) les accompagnait. Ce dernier a patienté quelques minutes dans le hall de l’immeuble, pendant que ses complices se trouvaient dans le domicile de la victime, avant de faire irruption, le visage masqué.

Après l’avoir repoussée violemment à plusieurs reprises et après avoir fait semblant de lui mettre des coups au visage, Jacques a utilisé un spray lacrymogène. Il lui aurait aussi porté un coup au visage. "Je reconnais l’avoir gazé mais pas l’avoir frappé", expliquait-il à l’audience. Tous ont ensuite pris la fuite, avec deux gsm et une barre de son.

Ces faits, les prévenus les auraient commis parce que la victime avait envers eux une dette de… 20 €. "Ce qui est interpellant, c’est que le préjudice subi par la victime et bien plus important que le butin", a commenté la défense. Absent à l’audience, Maximilien risque trente mois de prison, Jacques en risque vingt-quatre.

S.M